Citoyennetés académiques : Slow science et recherche-action (séminaire de l’IRIS 2014-2015)

cittaslow100x75-11

Ce séminaire interroge la place du chercheur dans la société, « l’utilité » de son travail, sa commune humanité avec ses enquêtés et son engagement citoyen. Le mouvement actuel de restructuration des institutions de la production et de la transmission des connaissances transforme le monde académique selon une certaine logique de l’excellence, désormais bien ancrée, qui tend à assigner l’expertise aux seuls chercheurs, tout en leur imposant d’intéresser les partenaires industriels ou culturels, en adaptant leurs temporalités à celles du marché.

Nous plaidons pour une autre conception de la citoyenneté académique qui, loin de défendre une autonomie de la recherche, redonne aux acteurs ordinaires leur part d’expertise et impose aux chercheurs de tisser avec eux de nouveaux liens de coopération, en ne négligeant pas leur demande sociale et ce qui doit leur être restitué du travail scientifique. Notre dynamique s’inspire de l’épistémologie féministe de la connaissance située qui a renouvelé la question de la neutralité et du point de vue, et des approches du care qui aident à nous méfier des dichotomies (ombres/lumières ; privé/public ; profane/expert, etc.) structurant la démarche scientifique.

Nous nous intéresserons aux recherches-action, interventionnelles ou communautaires qui, par définition, agissent sur le réel autant qu’elles l’observent, en tenant compte du fait que la présence du chercheur modifie forcément son terrain, et que la réflexivité vaut mieux que la prétendue neutralité chère aux tenants du positivisme. Différentes temporalités s’articulent dans ces démarches scientifiques, et il s’avère dès lors heuristique de les analyser à l’aune des valeurs du mouvement , qui propose de résister à l’esprit gestionnaire en prenant le temps de la coopération scientifique pour défendre l’inventivité et la liberté du chercheur, sans le confiner dans sa « tour d’ivoire ».

Ces tensions seront observées à partir de recherches-action menées dans les domaines du travail social, de la culture, du travail, de la santé et de l’éducation.

Programme intégral 2014-2015

  • 11 décembre 2014 (9h-12h) – Introduction

Les citoyennetés académiques, l’engagement et ses temporalités, leur légitimité scientifique; Introduction au séminaire par l’équipe organisatrice

« De Slow Food aux mouvements Slow. Anthropologie des activismes »

Présentation générale du mouvement « slow » par Valeria Siniscalchi, (anthropologue), MCF à l’EHESS.

Auteur notamment de « Économie et écologie dans le mouvement Slow Food », Terrain, 60 | mars 2013.

  • 8 janvier 2015 (9h-12h) – Travail social

« Pourquoi et comment la conduite de recherches dans le cadre de « communautés de pairs hétérogènes » (représentants du monde académique et du secteur concerné, ici celui de l’action sociale) enrichit les savoirs d’action et les savoirs académiques ? », Philippe Lyet (sociologue), formateur-chercheur au CREAS/ETSUP.

Auteur notamment de « Renouveler les pratiques de construction des savoirs dans les « recherches collectives » », in Le Sociographe, Approches de chercheurs dans le travail social, Hors-série n°7, 2014, 240 p., Champ social éditions.

  • 12 février 2015 (9h-12h) – Culture

« La recherche-action : un parcours sensible ? »,  Cécile Offroy, (sociologue), PAST à Paris 13, et « Sortir de l’entre-soi et co-produire. Formes artistiques hybrides, engagement militant, chercheuse altérée », Stéphanie Pryen (sociologue), MCF à Lille III.

  • 12 mars 2015 (9h-12h) – Travail

« Recherche­ action en psychosociologie du travail », Dominique Lhuillier (psycho-sociologue), professeur au CNAM

Co-auteur avec Yves Clot du livre paru en 2010 aux éditions Erès, Travail et santé.

  • 9 avril 2015 (9h-12h) – Le point de vue situé du chercheur

La « rupture épistémologique » en sociologie: une idéologie professionnelle ?, Ludovic Gaussot (sociologue), MCF à l’Université de Poitiers.

Auteur notamment de Pensée sociologique et position sociale. L’effet du genre et des rapports sociaux de sexe, Presses Universitaires de Rennes, 2014.

  • 7 mai 2015 (9h-12h) – Santé

« Face au cancer : les apports d’une recherche interventionnelle dans la production de connaissances en sociologie »Anne Marchand (sociologue et historienne), chargée d’études GISCOP93 et doctorante à l’Université d’Evry Val d’Essonne, Zoé Rollin (sociologue), enseignante à l’IUT de Bobigny et doctorante à l’EHESS.

« De l’implication des volontaires à la mise en place des recherches communautaires : quels enseignements autour des Seintinelles », Marie Préau, Professeure de psychologie sociale au GRePS, Université Lyon 2.

  • 4 juin (journée) – Education (matinée, programme à venir)  

L’après-midi sera consacré aux présentations de travaux d’étudiants, au retour sur l’ensemble des séances et aux conclusions du séminaire annuel.

Jeudi de 9 h à 12 h (salle du conseil B, R-1, bât. Le France 190-198 av de France 75013 Paris), du 11 décembre 2014 au 4 juin 2015. La séance du 9 avril se déroulera en salle Jean-Pierre Vernant (8e étage)

Séminaire collectif de recherche de l’Iris à l’EHESS animé par : Véronique Bayer (sociologue), formatrice à l’ETSUP et doctorante à l’EHESS, Marc Bessin (sociologue), chargé de recherche au CNRS, Isabelle Bourgeois (sociologue), Icone Médiation Santé, Pascale Haag (psychologue), maître de conférences à l’EHESS, Anne Marchand (sociologue et historienne), chargée d’études GISCOP93 et doctorante à l’Université d’Evry Val d’Essonne, Zoé Rollin (sociologue), enseignante à l’IUT de Bobigny et doctorante à l’EHESS.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *