La nostalgie de la lumière

Chili. Désert d’Atacama. Rencontres. Des astronomes scrutent les galaxies à travers les viseurs des plus grands télescopes du monde. Des archéologues fouillent les restes d’une mine abandonnée pour y retrouver des squelettes d’Indiens oubliés. Des femmes grattent le sol dans l’espoir d’extirper du désert les restes de leurs enfants exterminés par la dictature de Pinochet. Trois temporalités se croisent et entrent en dialogue. Trois passés disjoints, hétérogènes, segmentés : celui du cosmos, des années-lumières, de la très longue durée ; celui du XIXe siècle, des Indiens exploités et oubliés ; celui des années de plomb, il y a trente ans, d’une dictature qui ne s’oublie pas.

Patricio Guzman, amoureux de son pays dont il a déjà raconté le passé révolutionnaire glorieux et tragique (voir ses films sur Allende et l’expérience socialiste et démocratique), nous conduit dans ce désert, si sec, au ciel si pur et aux traces si riches. Grâce à lui et à sa caméra, les temporalités entrent en résonance. Astronomes observateurs de l’espace-temps de l’univers déployé, archéologues découvreurs des temps du monde enfoui et femmes gardiennes de la mémoire des atrocités du temps récent, encore présent, se parlent, communiquent, vivent ensemble.

Miracle de l’œuvre d’art qui nous guide vers l’immensité des paysages stellaires, les ossements des ancêtres oubliés et les traces minuscules des parents exécutés. Toutes ces strates du passé deviennent composantes d’un présent qui les fait revivre par l’image, les dialogues, la musique anticipant un futur différent. Les spectateurs dérangés, interpellés, à la fois inquiets et confiants imaginent un futur guidé par la mémoire et le savoir, porteur d’une existence commune. Un futur faisant connaître et revivre des passés multiples, fascinants, condamnés ou réhabilités. Un futur où temps physique, temps historique et temps vécu se réconcilieraient enfin. Pour contribuer, à partir d’un travail dans le désert, à faire société, c’est-à-dire humanité.

Claude Dubar

La nostalgie de la lumière, film de Patricio Guzman, 97 min., 2010.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.