Tomboy : la construction sociale de l’identité de genre

<

« On ne naît pas femme, on le devient.»  Simone de Beauvoir aurait été ravie de voir le film de Cécile Sciamma qui met un scène un garçon manqué (en anglais a tomboy), pré-adolescent de 11 ans qui se nomme lui-même « Je m’ appelle Michaël » au début du film et déclare « Je suis Laure » dans la dernière scène. Car il/elle était né(e) fille puisqu’on lui avait donné ce prénom mais elle/il se voulait garçon au point de se voir reconnaître tel par tous ses copains… et par son amoureuse.

Ce film de 90 minutes vaut des heures de cours et de lectures sur le genre qu’on appelait le sexe. Et aussi sur l’identité qui est d’abord un nom, mais aussi un prénom, donné par les autres (identité virtuelle pour autrui), et revendiqué par soi (identité réelle pour soi). Laure devient Michaël sous le regard des autres. Il joue bien au foot, court vite, sait se battre, a l’air d’un gars avec ses cheveux courts et ses habits de mec. L’habit fait le moine et le regard des autres fait l’identité. Pendant tout le début du film, le spectateur lui-même fait du personnage un garçon…

Jusqu’à la scène du bain avec sa petite soeur. Il n’en a pas! Et voilà que sa mère l’appelle Laure!! Que pense le spectateur: « c ‘est une fille » ? Pas sûr. Et s’il changeait de prénom et que tout le monde le prenne pour un garçon? Et s’il apprenait tout ce qu’il faut à un garçon de son âge, même de se doter d’un (faux) pénis ?  Qui juge de ce qu’il est ? Qui peut l’empêcher d’être un garçon si c’est ce qu’il veut ? Le suspense s’installe d’autant plus qu’une fille tombe amoureuse de lui… Ne va-t-elle pas en faire un « vrai » garçon ?

Pas si simple. D’abord il y a l’école : l’amoureuse n’a pas vu son prénom dans la liste des inscrits au CM2… Et il n’y a qu’une classe de CM2 dans l’école du quartier où ses parents viennent d’emménager. Bizarre.  Ensuite il y a la petite sœur qui reçoit l’amoureuse qui vient voir Michaël : va-t-elle vendre le mèche? Enfin il y a cette bagarre avec un copain qui tourne au pugilat au point que la mère du gamin vient se plaindre de la conduite de… Michaël. La mère comprend alors que Laure se fait passer pour un garçon et met le hola l’obligeant à s’excuser et à reconnaître :« Je m’appelle Laure ». Et après ?

C’est la grande force du film: rien n’est joué à la fin. Le spectateur, grâce à une direction d’acteurs rigoureuse et des interprètes remarquables, est convaincu que le ver est dans le fruit. L’identité de Laure/ Michaël est devenue problématique. Fille et garçon, ni fille ni garçon, en tous cas en devenir. Tout est possible. Elle a pu laisser vivre et montrer le garçon qui était en elle. Il a pu tester qu’il n’était pas voué à faire la fille. Il est devenu un garçon par choix puis elle est redevenue une fille par obligation.

Claude Dubar


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.