Temporalités et régimes d’historicités en histoire des sciences et des techniques

Quel usage peut faire l’historien des sciences de la notion de « régime d’historicité » et comment peut-il tenir compte, dans son approche, du jeu d’aller-retour temporel créé par son étude portant sur des objets des sciences et des techniques ? Comment, en se plaçant au plus près des acteurs et de leurs actions, développer une analyse sur la dimension temporelle des phénomènes étudiés ? Comment intégrer la multiplicité des temps et temporalités dans lesquels ils s’inscrivent et en tenir compte pour réfléchir à leurs contributions aux sciences et techniques, même (et peut-être surtout) si certaines de ces contributions peuvent sembler intemporelles ?…
C’est à des réflexions à la fois méthodologiques et historiographiques qu’invite cette journée d’études qui regroupera des interventions de jeunes chercheurs du Centre Koyré et de chercheurs plus confirmés en histoire des sciences et des techniques.

Journée dʼétudes des jeunes chercheurs du Centre Alexandre Koyré – 17 octobre 2014
Bibliographie, programme, résumés des interventions et informations pratiques sur le site de la journée : http://jecak.sciencesconf.org/

À propos d’un colloque récent « Explorer le temps au Liban et au Proche-Orient » — Beyrouth, novembre 2013

Beyrouth, Ifpo-Université de Balamand, 19- 21 novembre 2013

Beyrouth, Ifpo-Université de Balamand, 19- 21 novembre 2013

La revue Temporalités a publié il y a un peu plus d’un an un numéro intitulé « Fragments temporels du monde arabe », qui tentait un décentrage de la réflexion en explorant quelques aspects du rapport au temps dans le contexte des sociétés arabes. Le colloque récemment organisé par Sylvia Chiffoleau fin novembre 2013 au Liban, en collaboration avec une collègue libanaise, Souad Slim, poursuit cette exploration.

Ce colloque a été l’occasion de poser de nouveaux jalons pour la recherche au Liban, mais il me semble présenter un intérêt beaucoup plus large, pour les nombreuses thématiques explorées, qui mériteraient d’attirer l’attention des historiens autant que des sociologues et d’un large spectre de disciplines des sciences humaines. Il est vrai que les sociétés du Proche-Orient sont sans doute particulièrement propices à ce genre de recherche, du fait de leur caractère de creuset et de carrefour pour les civilisations méditerranéennes, entre mer et steppe, plaines et montagnes, sociétés nomades, paysannes et citadines. L’argumentaire du colloque affirme ainsi :

« Les différentes façons de compter et de concevoir le temps constituent des marqueurs culturels et sociaux fondamentaux. Le temps doit être considéré non comme un invariant, mais comme un phénomène historiquement et socialement construit. Il existe donc une pluralité de temps et de perceptions du temps, puisque chaque société a une trajectoire historique propre et construit ses normes, ses mesures et sa propre conception de la maîtrise du temps. Mais si l’histoire du temps en Europe et en Occident est désormais bien connue, elle reste à faire pour la région du Moyen-Orient. En raison de la profondeur de son histoire, de sa diversité religieuse, de la multiplicité des temps religieux et liturgiques qui lui sont liés, du caractère précoce de son processus de modernisation et enfin de ses talents d’interculturalité, le Liban apparaît comme un terrain particulièrement fertile pour interroger les spécificités temporelles de la région, leurs évolutions sur le long terme, et son adaptation aux changements actuels. »

Certes, le caractère exploratoire de la rencontre lui a donné la forme d’un pot-pourri de thématiques et de communications souvent faiblement reliées entre elles : de la question des systèmes de datation dans les manuscrits retrouvés dans les monastères, aux rythmes urbains, au temps de la guerre ou des… embouteillages, en passant par le traitement du temps dans la littérature ou les rituels religieux (voir ci-dessous les titres des 7 sessions du colloque). Mais c’est justement là qu’a résidé, il me semble, la richesse de ces travaux. Je voudrais donc évoquer ici quelques exemples de pistes que j’ai trouvées particulièrement fécondes et stimulantes.

Le colloque a démarré par un double dépaysement dans le temps, avec une séance sur la question des calendriers et de la datation. Nous avons ainsi découvert l’intrication de l’utilisation de calendriers concurrents dans les manuscrits chrétiens, orthodoxes et maronites, retrouvés dans les monastères libanais. Non seulement on y trouve des références au calendrier musulman, ce qui signale sans surprise la dépendance à l’égard de l’administration musulmane ottomane, mais le calendrier chrétien n’est pas toujours clairement défini (julien ou « oriental », ou grégorien ou « occidental » depuis la réforme de Grégoire XIII au XVIe siècle), et surtout, est parfois utilisé un calendrier « alexandrin » ou même « d’Adam », se référant à la création du monde. Derrière ces questions de calendriers, on repère en fait des affirmations identitaires, des concurrences entre églises et religions, mais aussi des enjeux plus pratiques de rythmes agraires, et même d’enjeux fiscaux ! Le numéro de la Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée (http://remmm.revues.org/) que prépare Sylvia Chiffoleau devrait comprendre un certain nombre de papiers qui reviendront sur ces questions. Mais en Europe aussi, nous avons connu il n’y a pas si longtemps une concurrence de calendriers, entre Europe orientale et occidentale, de mesure du temps, temps des paysans et temps de l’administration, l’introduction de l’heure d’hiver et de l’heure d’été étant un nouvel avatar d’une tentative de maîtriser notre rapport au temps et la relation entre phénomène naturel et organisation de la vie quotidienne.

Les temporalités du religieux renvoient aussi à une diversité de dimensions : celle du récit religieux lui-même d’abord, dans les textes, et dans les représentations populaires, celle des rituels, des cérémonies, des pèlerinages. Là encore, où en sommes-nous dans le monde occidental, où la pratique religieuse semble avoir diminué, mais a peut-être surtout changé de forme ? Les pèlerinages restent très présents dans les sociétés modernes, dans le christianisme autant que dans l’islam : que l’on pense à celui de Lourdes. Ils marquent un moment fort dans l’existence de l’individu qui le réalise, articule un temps et un espace, un rapport au passé et à l’avenir, par l’espoir qu’il exprime dans une guérison, ou simplement dans un avenir meilleur. À un autre niveau, l’interprétation des textes religieux a en permanence à faire avec le temps, temps chronologique de la révélation, temps eschatologique du début et de la fin du monde, temps intime et temps social. Un temps qui peut être au cœur d’un imaginaire politique : l’idée d’une dégradation du temps à partir d’un temps idéal, développée par le philosophe iranien Ali Shariati, et d’un nécessaire renversement intérieur débouchant sur un renversement extérieur, a profondément influencé les idéologues de la révolution islamique en Iran.

Certaines questions traitées dans ce colloque renvoyaient à une histoire particulière, celle des guerres locales et régionales, de leurs conséquences sur la vie quotidienne, de la construction de la mémoire de ces guerres. D’autres ne sont que des déclinaisons locales de questions qui se posent dans bien d’autres contextes.

Comment la guerre transforme-t-elle les rythmes du quotidien : dans les années 1980, à Beyrouth, la nuit, de temps des loisirs, des rencontres et la vie culturelle dans l’espace public, se transformait en son contraire et devenait un temps de violence, de criminalité et de repli sur l’espace privé de la maison, où l’on écoutait la radio et jouait aux cartes. L’expérience de la prison de Khiam durant l’occupation du sud Liban par Israël était, de même, celle d’un temps arrêté, suspendu, qui brusquement s’accéléra lors de la libération, une expérience partagée par les prisonniers, mais difficile à faire comprendre à ceux de l’extérieur : la transformation de la prison en musée et la confiscation de la mémoire par le Hezbollah aggravent le sentiment d’incommunicabilité de ceux qui n’appartiennent pas au parti. Ce cas est certes particulier, extrême, mais ne suggère-t-il pas de s’intéresser à l’expérience de la prison dans nos sociétés « pacifiés », où néanmoins la question de l’enfermement et de ses effets ne cesse de faire débat.

À l’opposé, le temps arrêté des embouteillages, les distances qui ne se comptent plus en kilomètres, mais en temps pour les parcourir, les conséquences sur le rythme de la vie quotidienne, sont une expérience partagée sous bien des cieux, même si les comportements que ces situations suscitent ne sont pas toujours les mêmes, et renvoient à un contexte plus large.

Dans un autre champ, les réflexions sur le rapport au temps des travailleurs étrangers, pour qui le temps de travail se confond largement avec le temps de l’émigration, sont certainement valables ailleurs qu’au Liban. Il était enfin tout à fait stimulant d’entendre les interrogations d’une sociologue libanaise sur les mutations de l’université, et les effets du développement de l’enseignement à distance, ou de l’introduction du LMD, sur l’organisation du temps de la formation, tantôt accéléré, tantôt fragmenté ou étalé.

La principale leçon à tirer de ce colloque me semble ainsi être l’intérêt évident d’un décentrage géographique et culturel, qui permet l’élargissement de la réflexion à des questions peu abordées, à de nouvelles disciplines (l’apport de la littérature apparaît aussi passionnant) mais aussi une mise en perspective et une réflexion comparative, sur des questions apparemment identiques, déclinées dans des contextes différents. La publication des actes est prévue, et sera précieuse pour susciter de nouveaux prolongements à ces travaux.

Elisabeth Longuenesse
Laboratoire Printemps
UVSQ

Programme du colloque
(Voir le détail sur : http://www.ifporient.org/node/1376)
Explorer le temps au Liban et au Proche-Orient
Ifpo-Beyrouth et Université de Balamand, Liban, 19 au 21 novembre 2013

1re session : Les systèmes de datation
2e session : Les objets de la mesure du temps
3e session : Le temps dans la production scripturaire religieuse
4e session : Le temps dans les pratiques et les rituels
5e session : Temps et littérature
6e session : Temps et rythmes de la ville
7e session : Temporalités sociales du quotidien

Rencontrer le temps ? Tentative de dialogue entre physicien et sociologues

Qu’est-ce que la science physique peut apprendre aux chercheurs en sciences humaines en sociales, sur le temps que nous vivons, les temporalités que nous créons et rencontrons ? Le 17 avril 2012, à l’occasion de l’assemblée générale de Temporalités, nous avons reçu le physicien Etienne Klein pour échanger nos conceptions du temps. Le débat a été vif, nous menant à un autre questionnement : parlons-nous vraiment de la même chose ?

Ceci est le premier lecteur audio de la séance. Lancez la lecture ci-dessous pour écouter l’introduction de Claude Dubar.

Les trois interventions

Claude Dubar a ouvert le débat avec son analyse des travaux d’Étienne Klein sur le rapport entre le temps de la physique et le temps vécu par les humains, en société. La rupture entre les deux est-elle totale ? Claude Dubar est convaincu que non. Pour lui,  la thèse de l’éclatement du « temps » en des temporalités multiples pourrait constituer un débat interdisciplinaire intéressant entre physiciens, psychologues, sociologues (et démographes), anthropologues et historiens.

Étienne Klein a ensuite pris la parole. Son exposé a notamment mis l’accent sur le danger des abus de langage, qui nous font définir comme “temps” les temporalités vécues et ressenties au quotidien, ce qui n’a rien à voir avec la variable “t” de la science physique. Selon lui, « toutes les disciplines scientifiques ont accès à des temporalités propres aux objets qu’elles se donnent à étudier  : vous êtes sociologues, vous étudiez les temporalités sociales incontestables, qui ne peuvent pas être comprises par d’autres personnes que des sociologues.»
(vous trouverez une présentation des intervenants dans cet article du carnet du laboratoire Printemps. Cliquez ici)

Écouter l’intervention d’Étienne Klein :

Jean-Marc Ramos a confirmé l’importance de mettre au clair ce que les sociologues entendent par “temps”. Il a rappelé qu’en sciences humaines et sociales, le temps physique est le temps de référence pour les pionniers de la sociologie, voire le temps total (Durkheim). Le temps physique est donc à la fois un instrument et un outil. Il propose de mettre en place une “échelle des temps”, dont chaque niveau correspondrait à une expérience spécifique du temps. 

Le débat

Mais comment dépasser de tels abus de langage… par le langage, demande Jean-Michel Baudouin ?

En sociologie, il n’y a pas de loi “de tout temps”, ce qui fait des sciences humaines et de la science physique deux univers disjoints.  On ne parle pas de la même chose, craint Frédéric de Coninck :

Le sociolinguiste François Leimdorfer confirme qu’on ne peut pas sortir du langage pour résoudre le dilemme… Et s’interroge sur la bonne définition du temps en physique.

Réponse d’Étienne Klein : si on veut pouvoir discuter, il faut se garder d’essentialiser les temporalités. C’est le paradoxe de l’ancestralité, selon lequel l’existence du temps a précédé celle des consciences… Cela n’empêche pas la physique de connaître des conditions initiales. « L’Univers a une histoire, tout comme la société a une histoire.  Les lois physiques n’évoluent pas, les conditions physiques évoluent.[…] Je ne suis pas sûr qu’on soit épistémologiquement si distincts les uns des autres…»

La discussion peut être difficile quand on n’emploie pas la même acception du mot “temps”… la preuve par ce dialogue entre Frédéric de Coninck et Étienne Klein :

Claude Dubar tire de ces divergence deux hypothèses : une simple différence épistémologique, ou même deux catégories de sciences complètement séparées ? Mais les deux disciplines font la même « guerre à l’essentialisme ».

Carmen Leccardi, quant à elle, propose de tirer de ces différences une plus grande richesse de compréhension. Pour elle, les représentations du temps sont un enjeu de pouvoir trop important pour que les chercheurs avancent divisés.


Et si la linguistique trouvait un point commun : le temps comme repère, propose François Leimdorfer.

Conclusion de Claude Dubar : il y a bien un dialogue possible entre deux façons différentes, confrontables, de faire de la science. Ce dialogue demande peut-être un détour par la philosophie du concept, et non pas par la philosophie de la conscience. Un dossier de Temporalités qui confronte les possibilités de… Rencontrer le temps ? Joli titre.

Le débat est reproduit dans sa quasi-intégralité, à l’exception des passages dont la qualité d’enregistrement était insuffisante. Malheureusement, ces soucis de son affectent particulièrement Étienne Klein, enroué ce jour-là, ainsi que les questions d’Olivia Samuel et Gabrielle Varro. Nous n’avons donc pas pu rendre compte de toutes ses réponses et nous en excusons.
Nous remercions Etienne Klein pour sa présence, tous les membres de la revue Temporalités pour leur fidélité, le laboratoire Printemps et son directeur Jérôme Pélisse pour le déjeuner. Nous remercions également Jean-François Dars (CNRS) pour son aimable autorisation de reproduction des photographies. Tous droits réservés. Les personnes ne souhaitant pas voir figurer leur photo et/ou enregistrement audio peuvent me contacter à cette adresse.
Nous attendons vos commentaires, remarques, réflexions, par le biais du formulaire ci-dessous.

Tomboy : la construction sociale de l’identité de genre

<

« On ne naît pas femme, on le devient.»  Simone de Beauvoir aurait été ravie de voir le film de Cécile Sciamma qui met un scène un garçon manqué (en anglais a tomboy), pré-adolescent de 11 ans qui se nomme lui-même « Je m’ appelle Michaël » au début du film et déclare « Je suis Laure » dans la dernière scène. Car il/elle était né(e) fille puisqu’on lui avait donné ce prénom mais elle/il se voulait garçon au point de se voir reconnaître tel par tous ses copains… et par son amoureuse.

Ce film de 90 minutes vaut des heures de cours et de lectures sur le genre qu’on appelait le sexe. Et aussi sur l’identité qui est d’abord un nom, mais aussi un prénom, donné par les autres (identité virtuelle pour autrui), et revendiqué par soi (identité réelle pour soi). Laure devient Michaël sous le regard des autres. Il joue bien au foot, court vite, sait se battre, a l’air d’un gars avec ses cheveux courts et ses habits de mec. L’habit fait le moine et le regard des autres fait l’identité. Pendant tout le début du film, le spectateur lui-même fait du personnage un garçon…

Jusqu’à la scène du bain avec sa petite soeur. Il n’en a pas! Et voilà que sa mère l’appelle Laure!! Que pense le spectateur: « c ‘est une fille » ? Pas sûr. Et s’il changeait de prénom et que tout le monde le prenne pour un garçon? Et s’il apprenait tout ce qu’il faut à un garçon de son âge, même de se doter d’un (faux) pénis ?  Qui juge de ce qu’il est ? Qui peut l’empêcher d’être un garçon si c’est ce qu’il veut ? Le suspense s’installe d’autant plus qu’une fille tombe amoureuse de lui… Ne va-t-elle pas en faire un « vrai » garçon ?

Pas si simple. D’abord il y a l’école : l’amoureuse n’a pas vu son prénom dans la liste des inscrits au CM2… Et il n’y a qu’une classe de CM2 dans l’école du quartier où ses parents viennent d’emménager. Bizarre.  Ensuite il y a la petite sœur qui reçoit l’amoureuse qui vient voir Michaël : va-t-elle vendre le mèche? Enfin il y a cette bagarre avec un copain qui tourne au pugilat au point que la mère du gamin vient se plaindre de la conduite de… Michaël. La mère comprend alors que Laure se fait passer pour un garçon et met le hola l’obligeant à s’excuser et à reconnaître :« Je m’appelle Laure ». Et après ?

C’est la grande force du film: rien n’est joué à la fin. Le spectateur, grâce à une direction d’acteurs rigoureuse et des interprètes remarquables, est convaincu que le ver est dans le fruit. L’identité de Laure/ Michaël est devenue problématique. Fille et garçon, ni fille ni garçon, en tous cas en devenir. Tout est possible. Elle a pu laisser vivre et montrer le garçon qui était en elle. Il a pu tester qu’il n’était pas voué à faire la fille. Il est devenu un garçon par choix puis elle est redevenue une fille par obligation.

Claude Dubar

Appel à contributions pour Temporalités n°16. Conflits, résistances et régulations des temporalités dans les organisations

Coordonné par François-Xavier Devetter (Clersé – Lille1) et Frédéric de Coninck (Ponts ParisTech)

L’affirmation est désormais classique : la rationalisation des temps, portée par certains acteurs économiques, s’est renforcée au cours des derniers siècles et les clivages entre les paramètres de temps maniés par les organisations et les temps de référence de la vie quotidienne se sont accrus. La construction du temps ou d’un temps « commun » au sein d’une organisation donnée est ou a été l’objet de luttes sociales complexes et tendues. Ce sont de ces conflits que nous voulons rendre compte à l’occasion de ce numéro.

L’objectif est en effet de souligner la diversité des temporalités qui peuvent entrer en concurrence au sein d’une même entreprise ou association, d’un même lieu ou d’une même collectivité. Elles vont impliquer des conflits entre différents acteurs sur la répartition de cette ressource bien spécifique qu’est le temps. Derrière ces temporalités concurrentes se présentent ainsi des temporalités qualitativement différentes et conflictuelles (répartition des horaires, rapidité des délais, modalités de mesures et de contrôles, degré de prévisibilité, etc.).

Les conflits entre les temps économiques, rationalisés, inclus dans des calculs de rentabilité et les temps de la vie quotidienne (temps choisi, temps pour soi, temps familiaux, etc.) sont probablement le premier type de conflit auquel nous pouvons penser, mais l’objectif de ce numéro est également (et surtout) d’explorer d’autres types de conflits comme ceux, internes à une organisation, entre des injonctions contradictoires en termes de délais, de gestion de l’incertitude, ou encore de conception de la rapidité et de son importance. La diversité des acteurs (les différents services, les prestataires externes, les clients, les usagers, les donneurs d’ordres, les acteurs publics, etc.) rend complexe la conciliation de perceptions du temps parfois antagoniques. La situation des services relationnels (santé, action sociale, activités récréatives et culturelles, etc.) est probablement assez emblématique de ces conflits sur la période la plus récente. Mais ceux-ci traversent également bien d’autres secteurs d’activité y compris l’industrie et l’agriculture, notamment si l’on s’intéresse à des conflits historiquement plus anciens comme ceux qui ont pu concerner l’imposition d’une discipline du temps industriel à des ouvriers encore liés au monde agricole. Les notions de productivité du travail (ratio entre une production et une durée) ou encore d’absentéisme (voire de présentéisme) pourraient ainsi être questionnées notamment à travers la façon dont elles sont (mal)vécues par les salariés. L’analyse ou l’illustration de la construction historique de ces dimensions est une des question au cœur de cet appel à propositions.

Au-delà de l’explicitation de ces conflits et de l’analyse de leurs conséquences (sociales, économiques, juridiques mais aussi parfois pathologiques) sur les travailleurs, ce numéro doit également être l’occasion d’explorer les formes de résistances qui peuvent (ou ont pu) se manifester face à des temporalités imposées par certains acteurs de l’organisation. Résistances individuelles, résistances collectives : comment construire les moyens permettant de préserver des temps fermés aux injonctions de l’employeur ou des clients ? Comment défendre une conception de la « bonne » temporalité (notamment en interrogeant les critères de légitimité mis en avant) ? Cette approche pourrait par exemple s’intéresser aux différentes formes d’appels au ralentissement qui tendent à émerger mais aussi aux justification de la réactivité. Des travaux historiques sur des formes plus anciennes de résistances sont également attendus. Au-delà des formes de résistances, il serait aussi intéressant d’analyser les situations de domination ou d’aliénation ainsi que les coûts collectifs et individuels (y compris en termes de pathologies et de souffrance au travail) que ces évolutions impliquent ou ont impliqués (lors de la mise en place et de la diffusion du taylorisme par exemple).

Enfin, ce numéro vise à interroger les modes de régulations de ces conflits. L’intérêt pourrait être porté sur les mécanismes et instances de négociations (actuelles ou passées) des temps au sein des organisations mais aussi au rôle (et à l’évolution) des outils techniques mis en place (calendriers, agendas puis agendas électroniques, technologies de la mobilité, informatisation des plannings, etc.). L’analyse d’autres modes de régulation comme l’utilisation de grilles tarifaires ou de systèmes de rémunérations prenant spécifiquement en compte les dimensions du temps (horaires, délais, etc.) au-delà de la seule durée serait également très intéressante. La notion de régulation peut également être entendue à un niveau plus général ou macro notamment à travers l’étude de l’évolution des temporalités dominantes. À nouveau, ces questions peuvent être abordées avec des méthodologies issues de disciplines différentes et traiter de situations contemporaines, ou revenir sur des périodes plus anciennes à l’image des conflits temporels qui ont pu prévaloir lors du développement de la grande industrie.

Ainsi, si ces différents éléments peuvent sembler, au premier abord, faire écho à des problématiques économiques et sociologiques, il nous semble essentiel de les enrichir par des travaux issus d’autres disciplines et notamment en mobilisant des apports de l’histoire, de la science politique, du droit ou de la psychologie. Plus encore, et conformément à l’objectif pluridisciplinaire de la revue, il pourrait être intéressant de mobiliser des sources diverses au-delà des enquêtes statistiques ou monographiques comme l’analyse de textes littéraires par exemple.

Envoi des projets d’articles

Les auteurs devront prendre contact avec les coordinateurs du numéro (frederic.deconinck@enpc.fr ou francois-xavier.devetter@telecom-lille1.eu) et envoyer une copie de leur projet d’article au secrétariat de rédaction : clara.tomasini@uvsq.fr

Ce projet, composé d’un titre et d’un résumé d’une page, ainsi que du nom, des coordonnées et de l’affiliation institutionnelle de l’auteur, doit être envoyé avant le 20 décembre 2011.

Calendrier

Réception des propositions (résumés de 5000 signes maximum) : 20 décembre 2011

Réponse des coordinateurs : 20 janvier 2012

Réception des articles (50 000 signes maximum) : 1er mai 2012

Retour des expertises des évaluateurs : 20 juin 2012

Réception de la version révisée : 20 août 2012

Finalisation du numéro : 20 octobre 2012

Mise en ligne : 20 novembre 2012

La preuve de l’existence des mondes multiples… par le meurtre

L’Ultime question, thriller scientifique de l’auteur allemande Juli Zeh, publié en 2007 et traduit en français en 2008 chez Actes Sud, est fondé sur la théorie des mondes multiples – théorie qui véhicule une représentation particulière de la temporalité. Cette théorie constitue l’arrière-plan des événements, puisque le personnage principal, Sebastian, qui prépare un traité qu’il compte intituler  De la nature du temps, en est un défenseur, même si la question de sa conviction est posée à plusieurs reprises. Il s’oppose en cela à son meilleur ami, Oskar, physicien lui aussi génial, et partisan de l’existence d’une seule et unique réalité. Mais la théorie des mondes multiples est aussi une clé fondamentale de la dimension « thriller » du roman.

Cette dernière met en scène deux commissaires, aussi originaux que différents, et dont les portraits font d’ailleurs honneur à la plume de Juli Zeh : Rita Skura est chargée d’enquêter sur la mort du professeur Dobbleting, qui pourrait être mêlé à un scandale médical qui défraie la chronique. Le professeur, adepte du cyclisme, a été retrouvé décapité au bas d’une descente, par un câble tendu entre deux arbres. Étant donné l’impact médiatique de cette affaire, on impose à Rita Skura l’aide de son ancien professeur à l’école de police, le vieux Shilf. Mais celui-ci se désintéresse du cycliste décapité et préfère travailler sur un étrange enlèvement d’enfant, directement lié, il le comprend rapidement, à la mort de Dobbleting.

À cette intrigue policière sont mêlés les membres de la famille de Sebastian : sa femme, Maike, qui se trouve être la maîtresse de Dobbleting, et son fils, Liam. À l’université, Sebastian a lié une amitié très forte avec Oskar : tous les deux brillants, élégants, ils polarisaient l’attention des autres étudiants mais aussi des enseignants. Lorsque Sebastian décide de se marier, les relations avec Oskar, fidèle à la science, et lancé dans la course au prix Nobel, changent de nature. Ils n’en continuent pas moins à se voir, une fois par mois, même si une rivalité de conception scientifique commence à les opposer.

« Une infinité de bulles »

En effet, là où Oskar considère que le monde est un « fin tissu de causalités » (p. 35), et que la connaissance est donc possible si on approche le monde d’assez près, Sebastian, lui, oppose à cette théorie qu’il estime être déterministe, le règne de la multiplicité des possibles. Au moment où le roman s’ouvre, leur conflit apparaît dans la presse. Un jeune homme a assassiné cinq personnes dans le but, prétend-il, de démontrer l’existence des univers multiples, ce que Sebastian est invité, dans un article qu’il titre « Tout possible se réalise », à expliquer. Au contraire de la vision déterministe d’Oskar, qui suppose un temps finalisé, représentable sous la forme d’une ligne continue, la théorie des mondes multiples de Sebastian voit le temps comme une « mousse […] formée d’une infinité de bulles, si bien qu’un voyage dans le passé ne représenterait pas un retour à un stade antérieur de l’histoire de l’humanité, mais un passage d’un monde à un autre » (p.40). L’assassin se prétend donc venu du futur, de 2015, où il a pu constater que ses victimes étaient bien vivantes, ce qui lui permet d’affirmer que leur assassinat dans le monde dans lequel se déroule le roman, autre bulle du multivers, n’est pas un crime. Cette conception de l’univers pose toutefois un problème moral : si l’univers est en effet composé de multiples univers, le monde est par définition « sans conséquences » (p.188), et alors, pour paraphraser Ivan Karamazov, « tout est permis ».

C’est sur ce point que la tension avec Oskar s’accentue. Pour Sebastian, dans une optique antimatérialiste et inspirée de Kant, le temps, comme l’espace et la causalité ne sont que des formes dont la raison se sert pour ordonner la perception de l’individu. Les hommes croient donc que le temps est un « processus rigoureux, la succession nécessaire de la cause et de l’effet » (p. 230), alors que pour Sebastian, c’est l’effet qui précède logiquement la cause – ce qui anéantit la notion même de temps. Tout est donc simultané, et, n’étant pas déterminé par une logique causale, linéaire, l’homme se voit doté de son plein libre-arbitre.

C’est précisément ce qu’Oskar refuse. Matérialiste, il ne voit pas le temps comme un effet de la perception humaine, mais le considère doté de propriétés « identiques à celles de la matière » (p. 304). Pour lui, la théorie de Sebastian est la porte ouverte au chaos humain : elle rend impossible et d’ailleurs inutile la notion de décision. Cette notion est effectivement contestée par Sebastian, qui la considère invalide, puisque constituant un simple masque à ce qui est causalement déterminé. Or en effet, cette conception est problématique sur le plan moral : selon Oskar, l’absence de prise de décision et la vision de Sebastian du libre arbitre justifie directement le « droit de se comporter comme un porc » (p. 329). Un univers unique, un temps linéaire, une conception de la causalité implique au contraire que l’homme prenne les responsabilités de ses actes, et ait, ou doive avoir plus de chances de se comporter moralement. L’intrigue du roman va faire se confronter Sebastian à sa propre conception physique et métaphysique, qui lui devient insupportable.

Des univers parallèles contre l’angoisse pascalienne

En effet, Sebastian utilise d’autant moins sa théorie des multivers pour élaborer une pensée de l’immoralité qu’il est loin d’apparaître comme un « porc » et a au contraire une vision assez désespérée de l’existence humaine. Il expose ainsi à ses étudiants une typologie de l’attente : elle peut être « un dialogue intime avec le temps » ou aller jusqu’au « duel entre le temps et celui qui l’explore ». Cette notion d’attente conduit à annuler le concept même d’instant, et donc à percevoir le passé et le présent comme « directement cousus l’un à l’autre » (p. 128). Elle fournit une vision pascalienne de l’existence humaine, qui est essentiellement une attente de la mort : « L’attente, voilà ce qu’est le présent. […] c’est cet état transitoire que nous appelons notre existence ! » (p. 29).

Le danger de sa vision du monde apparaît pourtant clairement dans les conséquences qu’implique cette différence de conceptions dans la compréhension de la notion de vérité : vérité et réalité uniques pour Oskar, vérité comme simple « possibilité parmi d’autres », pour Sebastian qui, sans le savoir, applique le principe de « doublepensée » décrit dans 1984 d’Orwell. Le système de pensée de Sebastian semble donc bien problématique, alors que le personnage lui-même est un homme mélancolique, attaché à sa famille, et absolument pas tenté par une pensée totalitaire : s’il n’y a pas de réalité définissable, connaissable, c’est aussi la porte ouverte à l’indistinction entre le bien et le mal, le juste et l’injuste. Mais ce système constitue aussi une protection, au moins psychologique : face à un problème donné, on peut toujours chercher un univers parallèle où ce problème n’existe pas : « Le temps est un fichier plein d’innombrables fiches » (p. 83), qu’il suffit de feuilleter.

Le problème de la connaissance est abordé autrement par le personnage de Shilf, comme le montre la description de sa méthode d’enquête. Persuadé depuis l’enfance qu’ « au-delà du monde perceptible existe une sorte de substance originelle qui est la substance même du réel », il ne l’a pas baptisée « chose en soi », mais « texte source ». Dans cette conception, la réalité est pour lui une machine créée par l’homme, une « création qui naît à chaque seconde dans le cerveau de chaque observateur et qui, par conséquent, est mise au monde» (p. 173). Enquêter, pour Shilf, consiste à déchiffrer le texte source en perçant métaphoriquement des trous dans les différents rapports, jusqu’à ce que la séparation entre les informations et la réalité soit devenue « suffisamment poreuse pour livrer accès au texte source, à l’essentiel » (p. 185). Les policiers sceptiques sur sa façon de faire se demandent s’il ne se contente pas d’attendre que le coupable lui tombe dessus. L’enquête donnée en exemple est d’ailleurs précisément celle que Shilf a menée pour retrouver l’assassin venu du futur.

Pour le lecteur, ce roman finement construit est l’occasion d’appliquer la méthode de Shilf. Si les conceptions philosophiques qui s’opposent sont (heureusement !) bien connues et accessibles à un lecteur même peu au fait de la théorie des multivers et de ses rapports possibles à la mécanique quantique, l’originalité et la force du texte tient dans l’utilisation de ces théories dans la conception même du roman. L’intrigue est fondée sur elles, s’en nourrit avec pertinence et habileté et allie avec bonheur physique, philosophie et enquête policière.

Natalia Leclerc
Agrégée de lettres modernes, docteur en littérature comparée,
elle travaille notamment sur les jeux de hasard : une autre question de mondes possibles.
Membre du comité de rédaction de Temporalités,
elle a publié Le joueur en crise dans le numéro 13 de la revue.

L’ultime question, Juli Zeh, Actes Sud, 2008, 416 pages, 23 euros.
En 2010, l’auteur a publié Corpus delicti, également chez Actes Sud.

La nostalgie de la lumière

Chili. Désert d’Atacama. Rencontres. Des astronomes scrutent les galaxies à travers les viseurs des plus grands télescopes du monde. Des archéologues fouillent les restes d’une mine abandonnée pour y retrouver des squelettes d’Indiens oubliés. Des femmes grattent le sol dans l’espoir d’extirper du désert les restes de leurs enfants exterminés par la dictature de Pinochet. Trois temporalités se croisent et entrent en dialogue. Trois passés disjoints, hétérogènes, segmentés : celui du cosmos, des années-lumières, de la très longue durée ; celui du XIXe siècle, des Indiens exploités et oubliés ; celui des années de plomb, il y a trente ans, d’une dictature qui ne s’oublie pas.

Patricio Guzman, amoureux de son pays dont il a déjà raconté le passé révolutionnaire glorieux et tragique (voir ses films sur Allende et l’expérience socialiste et démocratique), nous conduit dans ce désert, si sec, au ciel si pur et aux traces si riches. Grâce à lui et à sa caméra, les temporalités entrent en résonance. Astronomes observateurs de l’espace-temps de l’univers déployé, archéologues découvreurs des temps du monde enfoui et femmes gardiennes de la mémoire des atrocités du temps récent, encore présent, se parlent, communiquent, vivent ensemble.

Miracle de l’œuvre d’art qui nous guide vers l’immensité des paysages stellaires, les ossements des ancêtres oubliés et les traces minuscules des parents exécutés. Toutes ces strates du passé deviennent composantes d’un présent qui les fait revivre par l’image, les dialogues, la musique anticipant un futur différent. Les spectateurs dérangés, interpellés, à la fois inquiets et confiants imaginent un futur guidé par la mémoire et le savoir, porteur d’une existence commune. Un futur faisant connaître et revivre des passés multiples, fascinants, condamnés ou réhabilités. Un futur où temps physique, temps historique et temps vécu se réconcilieraient enfin. Pour contribuer, à partir d’un travail dans le désert, à faire société, c’est-à-dire humanité.

Claude Dubar

La nostalgie de la lumière, film de Patricio Guzman, 97 min., 2010.

Programme et plan d’accès “Temps de crises et crise des temps”

Vendredi 17 septembre 2010 – Amphi Abbé Grégoire, CNAM, 292 rue Saint-Martin, 75 003 Paris

L’accès à l’amphi Abbé Grégoire se fait par le 292 rue St Martin (Métro Réaumur ou Arts et Métiers)

Agrandir le plan

Présidence de la matinée : Jean-Marc Ramos
Présidence de l’après-midi : François Xavier Devetter

9 heures 30 – Ouverture de la Journée

Michel Lallement (CNAM-LISE) Claude Dubar, président d’ADR-Temporalités

10 heures La crise des temporalités : temporalité de l’urgence, présentisme et crise du futur

Introduction de Jens Thoemmes

Carmen Leccardi (Université de Milano-Bicocca) – Accélération du temps, crise du futur, crise de la politique

Eloïse Girault. (UMR Triangle, ENS de Lyon, IEP de Lyon, Université Lyon 2) – Temporalité de l’urgence, temporalité administrative : les contradictions de l’action publique volontariste

Débat

11 h 15 Pause

11 h 30 La crise du joueur à travers deux écrivains

Introduction de Gabrielle Varro

Natalia Leclerc (EA 4249 HCTI-Université de Bretagne Occidentale) – L’instant où rien ne va plus : la crise du joueur (Dostoïevski et Zweig)

12 h 15 déjeuner

13 h30 Les crises biographiques : temporalité spécifique et conflits de temporalité

Introduction de Paul Bouffartigue

Olivier Mazade (CLERSE-Lille 1) – La crise dans les parcours biographiques : un régime temporel spécifique ?

Lionel Pourtau & Philippe Amiel (Institut de cancérologie Gustave Roussy) – Les institutions et les individus face à l’événement « cancer », de la crise aiguë à la crise à répétitions d’une maladie devenue chronique

Débat

14 h 45 Pause

15 heures Les crises dans l’Histoire : ruptures et tournants temporels ?

Introduction de Thomas Loué

Ghislaine Gallenga (IDEMEC- Université de Provence) – La grève comme drame social. Lecture ethnologique d’un conflit dans les transports urbains

Mélanie Roussel (CURAPP-Université de Picardie Jules Verne) – Des trajectoires irréversibles renversées. Les impacts de la crise des années 1930 sur le quotidien des ouvriers Saint-Frères

Débat

16 h 15 Propos conclusifs – Denis Constant-Martin (CEAN-Sciences Po Bordeaux)

16 h 45 Pause

17 heures Assemblée générale d’ADR-Temporalités

Prospective des numéros futurs ; remaniements et élections statutaires

18 heures Fin