La construction de l’idée de temps

la-construction-de-l-idee-de-temps

Une théorie générale du temps est-elle possible ? La question se pose dès la fin du XIXe siècle, particulièrement en France pour les sciences humaines et sociales. Les études sur l’idée de temps – telle est la formulation de l’époque – qui se développent avec l’apparition de nouveaux domaines de connaissances, vont mettre à mal le modèle d’un temps unique et souverain. Dès lors la psychologie et la sociologie, en se dégageant de la tutelle philosophique, rejoindront les disciplines déjà instituées pour ouvrir la voie au pluralisme temporel.

Cet ouvrage propose une revue hexagonale et transdisciplinaire des conceptions du temps qui ont marqué le passage au XXe siècle (1876-1909). Soit onze textes, bien centrés sur l’idée de temps mais rarement référencés, que nous avons reproduits en fac-similés. Ils sont signés par des pionniers, ceux dont les noms sont indissociablement liés à la recherche sur les temporalités en dehors même de leur discipline (Henri BergsonÉmile DurkheimJean-Marie GuyauHenri Hubert), et par d’autres moins connus de nos jours qui méritent rétrospectivement notre attention car ils ont traité du même sujet, à la même époque, mais dans une perspective différente (Edmond Baron de RivièresBenjamin BourdonPaul RegnaudGabriel Revault d’AllonnesPaul de RousiersGrégoire Wyrouboff). Au milieu de ces archives de la pensée savante, on trouvera une œuvre de l’imagination, un poème uchronique d’Arthur Rimbaud qui nous livre une version psychique de la temporalité, certes inédite pour l’époque mais magistralement anticipatrice puisqu’elle évoque la cinquième saison dont parlent aujourd’hui les psychanalystes.

Cette suite de vignettes sur l’idée de temps forme une sorte de timescape, petit panoramad’une représentation discriminante au sein des sciences humaines et sociales, résultant de clivages disciplinaires qui nous sont désormais familiers (philosophie sociale, archéologie, psychologie évolutionniste, linguistique, sciences politique et économique, philosophie, histoire, psychologie expérimentale, psychopathologie, sociologie). Chaque fac-similé est accompagné d’une notice rédigée par un spécialiste de la question traitée, de l’auteur ou de la discipline représentée. Ce corpus est précédé d’une longue introduction sur les représentations du temps examinant leurs propriétés savantes ou ordinaires, et conduisant à une discussion sur les paradigmes de l’idée de temps revus à la lumière de travaux plus récents sur les temporalités. L’ensemble constitue l’appareil critique de ce livre auquel ont collaboré Claude Dubar (†)Alexia BaudouinFlorence Lacoma IborraMichel LallementSerge NicolasThierry PaquotGabriel RamosJean-Marc Ramos,Jens ThoemmesGabrielle Varro, et François Théron.

●●●●●

Jean-Marc Ramos est maître de conférences à l’Université Paul-Valéry de Montpellier. Il est membre-fondateur de la revue Temporalités à laquelle il collabore régulièrement. Ses travaux portent sur les usages et représentations du temps, l’esthétique du dérèglement en littérature et la diffusion sociale des innovations.

Présentation  La construction de l’idée de temps  Revue d’arguments

par Jean-Marc Ramos

Remarques sur le sens commun et la particularisation du sens ………….. 1

Les cadres sociaux de l’idée de temps …………………………………………. 4

Les formes psychologiques de l’idée de temps………………………………… 13

Les médiations linguistiques de l’idée de temps………………………………. 20

L’idée de temps et la science des temps……………………………………….. 24

Bibliographie…………………………………………………………………………… 26

 

Textes  La construction de l’idée de temps 

Archives françaises (1876-1909)

Archive n°  1 (1876)   Philosophie sociale……………………………………….. 31

Remarques sur le calendrier de M. Comte par Grégoire WYROUBOFF

Notice  de Michel Lallement

Fac-similé de l’article ………………………………………………………………… 35

Archive n°  2 (1881)    Archéologie gnomonique  Histoire de l’art …….. 53

Inscriptions et devises horaires par Edmond BARON de RIVIÈRES

Notice  de Gabriel Ramos

Fac-similé de la plaquette ………………………………………………………….. 57

Archive n° 3 (1885)   Linguistique – Philologie ………………………………. 179

L’idée de temps. Origine des principales expressions qui s’y rapportent

dans les langues indo-européennes par Paul REGNAUD

Notice  de Gabrielle Varro

Fac-similé de l’article ………………………………………………………………… 183

Archive n°  4 (1885)    Psychologie évolutionniste …………………………… 191

L’évolution de l’idée de temps dans la conscience par Jean-Marie GUYAU

Notice de Thierry Paquot

Fac-similé de l’article ………………………………………………………………… 195

Archive n°  5 (1886) –  Poésie du temps  Esthétique du dérèglement … 211

Barbare par Arthur RIMBAUD

Notice  de Jean-Marc Ramos

Fac-similé de la parution en recueil ……………………………………………… 215

Archive n° 6 (1902)    Science politique  Socio-économie ………………. 217

Les mines et les huit heures par Paul de ROUSIERS

Notice de Jens Thoemmes

Fac-similé de l’article ………………………………………………………………… 221

Archive n°7 (1902)  –  Philosophie …………………………………………………. 249

L’idée de temps par Henri BERGSON

Notice de Florence Lacoma Iborra

Fac-similé du résumé de cours …………………………………………………… 253

Archive n° 8 (1905)    Histoire des religions …………………………………… 259

Étude sommaire de la représentation du temps dans la religion et la magie

par Henri HUBERT

Notice  de Michel Lallement

Fac-similé de l’article ………………………………………………………………… 263

Archive n°  9 (1907)    Psychologie expérimentale …………………………… 303

La perception du temps par Benjamin BOURDON

Notice de Serge Nicolas et Alexia Baudouin

Fac-similé de l’article ………………………………………………………………… 307

Archive n°  10 (1907)    Psychologie  Psychopathologie …………………. 351

Dissociation du sentiment du temps. Psychologie du temps

par Gabriel REVAULT D’ALLONNES

Notice  de Jean-Marc Ramos

Fac-similé du chapitre ………………………………………………………………. 355

Archive n°  11 (1909)    Sociologie ………………………………………………… 369

Sociologie religieuse et théorie de la connaissance par Émile DURKHEIM

Notice  de Claude Dubar ()

Fac-similé de l’article ………………………………………………………………… 373

Les auteurs des notices         399

Un ouvrage à commander aux éditions Octarès

Time and Power in Everyday Life

International Seminar

Venue: University of Milano-Bicocca, Department of Sociology and Social Research, Building U7, II floor, Aula de Lillo, Via Bicocca degli Arcimboldi 8, 20126 Milano

Date: November 13th (afternoon) and 14th (morning)

Organizers: AIS (Italian Sociological Association) Research Committee “Vita Quotidiana” (Everyday Life), Editorial Board of the Journal “Temporalités”, Department of Sociology and Social Research, University of Milano-Bicocca

Affiche du séminaire

The de-standardization of biographical and social temporality appears to be one of the most important consequences of the economic, political and cultural changes taking place in late modern societies. This process challenges traditional life course models, the usual distinction between individual and social times, the modern definition of the public and private spheres, and the capacity of everyday life routines to protect people against uncertainty and doubt. With regard to the latter, there is a notable stirring of interest in the ambivalent role and meaning of everyday life – as Lalive D’Epinay noted many years ago – in contemporary international debate. In particular, there are attempts to initiate negotiations in this dimension in order to gain the power to redefine the temporal and spatial boundaries of individual and social experience, and increase agency.

In the context of this debate, the seminar focuses on two specific areas of negotiation. The first concerns the individual strategies employed to establish some sort of coherence between flexible working times and careers. These strategies may result, on the one hand, from individual initiatives to harmonize different social times or temporalities associated with intimate relationships. On the other hand, these strategies can be the result of collective bargaining with employers over the last twenty years.

The second area of negotiation concerns individual and collective capacity to aspire to the future, in the sense proposed by Appadurai, which links individual aspirations to collective action for social change. This capacity can be observed both in new approaches to memory and its connection to the future, and in the negotiation of new meanings for urban times and spaces, with the aim of  restoring a vision of the public sphere, involving new forms of political participation and new models of sociability.

Connecting work to intimacy in everyday life

November 13th (afternoon)

3pm ­– 6:30pm

Chair: Carmen Leccardi (University of Milan-Bicocca)

Welcome address: Carla Facchini, Head of the Department of Sociology and Social Research

Jean-Yves Boulin, University of Paris Dauphine, Paris

Sunday Work and Loss of Sociability: A US – France Comparison

Jens Thoemmes and Timo Giotto (CERTOP, Toulouse)

The capitalization of working time and effects on everyday life

Marita Rampazi (University of Pavia)

Young people’s dwelling: the negotiation of home temporality in everyday practices and relationships 

Discussants:   Mauro Migliavacca (University of Genova)

Sveva Magaraggia (University of Roma Tre)

Question time/debate

Constructing the future in everyday life

November 14th (morning)

9:30am – 13am

Chair: Luisa Leonini (University of Milan)

Emilia Araujo (University of Minho, Braga)

A matter of time and power: the place of the future in today’s economy and political programmes

Carmen Leccardi (University of Milano-Bicocca)

Social movements and the reconstruction of the future

Paolo Jedlowski (University of Calabria)

Memories of  futures past. Changing horizons and everyday life

Discussants:   Ilenya Camozzi (University of Milano-Bicocca)

Marco Deriu (University of Parma)

Question time/debate

Affiche du séminaire

Citoyennetés académiques : Slow science et recherche-action (séminaire de l’IRIS 2014-2015)

cittaslow100x75-11

Ce séminaire interroge la place du chercheur dans la société, « l’utilité » de son travail, sa commune humanité avec ses enquêtés et son engagement citoyen. Le mouvement actuel de restructuration des institutions de la production et de la transmission des connaissances transforme le monde académique selon une certaine logique de l’excellence, désormais bien ancrée, qui tend à assigner l’expertise aux seuls chercheurs, tout en leur imposant d’intéresser les partenaires industriels ou culturels, en adaptant leurs temporalités à celles du marché.

Nous plaidons pour une autre conception de la citoyenneté académique qui, loin de défendre une autonomie de la recherche, redonne aux acteurs ordinaires leur part d’expertise et impose aux chercheurs de tisser avec eux de nouveaux liens de coopération, en ne négligeant pas leur demande sociale et ce qui doit leur être restitué du travail scientifique. Notre dynamique s’inspire de l’épistémologie féministe de la connaissance située qui a renouvelé la question de la neutralité et du point de vue, et des approches du care qui aident à nous méfier des dichotomies (ombres/lumières ; privé/public ; profane/expert, etc.) structurant la démarche scientifique.

Nous nous intéresserons aux recherches-action, interventionnelles ou communautaires qui, par définition, agissent sur le réel autant qu’elles l’observent, en tenant compte du fait que la présence du chercheur modifie forcément son terrain, et que la réflexivité vaut mieux que la prétendue neutralité chère aux tenants du positivisme. Différentes temporalités s’articulent dans ces démarches scientifiques, et il s’avère dès lors heuristique de les analyser à l’aune des valeurs du mouvement , qui propose de résister à l’esprit gestionnaire en prenant le temps de la coopération scientifique pour défendre l’inventivité et la liberté du chercheur, sans le confiner dans sa « tour d’ivoire ».

Ces tensions seront observées à partir de recherches-action menées dans les domaines du travail social, de la culture, du travail, de la santé et de l’éducation.

Programme intégral 2014-2015

  • 11 décembre 2014 (9h-12h) – Introduction

Les citoyennetés académiques, l’engagement et ses temporalités, leur légitimité scientifique; Introduction au séminaire par l’équipe organisatrice

« De Slow Food aux mouvements Slow. Anthropologie des activismes »

Présentation générale du mouvement « slow » par Valeria Siniscalchi, (anthropologue), MCF à l’EHESS.

Auteur notamment de « Économie et écologie dans le mouvement Slow Food », Terrain, 60 | mars 2013.

  • 8 janvier 2015 (9h-12h) – Travail social

« Pourquoi et comment la conduite de recherches dans le cadre de « communautés de pairs hétérogènes » (représentants du monde académique et du secteur concerné, ici celui de l’action sociale) enrichit les savoirs d’action et les savoirs académiques ? », Philippe Lyet (sociologue), formateur-chercheur au CREAS/ETSUP.

Auteur notamment de « Renouveler les pratiques de construction des savoirs dans les « recherches collectives » », in Le Sociographe, Approches de chercheurs dans le travail social, Hors-série n°7, 2014, 240 p., Champ social éditions.

  • 12 février 2015 (9h-12h) – Culture

« La recherche-action : un parcours sensible ? »,  Cécile Offroy, (sociologue), PAST à Paris 13, et « Sortir de l’entre-soi et co-produire. Formes artistiques hybrides, engagement militant, chercheuse altérée », Stéphanie Pryen (sociologue), MCF à Lille III.

  • 12 mars 2015 (9h-12h) – Travail

« Recherche­ action en psychosociologie du travail », Dominique Lhuillier (psycho-sociologue), professeur au CNAM

Co-auteur avec Yves Clot du livre paru en 2010 aux éditions Erès, Travail et santé.

  • 9 avril 2015 (9h-12h) – Le point de vue situé du chercheur

La « rupture épistémologique » en sociologie: une idéologie professionnelle ?, Ludovic Gaussot (sociologue), MCF à l’Université de Poitiers.

Auteur notamment de Pensée sociologique et position sociale. L’effet du genre et des rapports sociaux de sexe, Presses Universitaires de Rennes, 2014.

  • 7 mai 2015 (9h-12h) – Santé

« Face au cancer : les apports d’une recherche interventionnelle dans la production de connaissances en sociologie »Anne Marchand (sociologue et historienne), chargée d’études GISCOP93 et doctorante à l’Université d’Evry Val d’Essonne, Zoé Rollin (sociologue), enseignante à l’IUT de Bobigny et doctorante à l’EHESS.

« De l’implication des volontaires à la mise en place des recherches communautaires : quels enseignements autour des Seintinelles », Marie Préau, Professeure de psychologie sociale au GRePS, Université Lyon 2.

  • 4 juin (journée) – Education (matinée, programme à venir)  

L’après-midi sera consacré aux présentations de travaux d’étudiants, au retour sur l’ensemble des séances et aux conclusions du séminaire annuel.

Jeudi de 9 h à 12 h (salle du conseil B, R-1, bât. Le France 190-198 av de France 75013 Paris), du 11 décembre 2014 au 4 juin 2015. La séance du 9 avril se déroulera en salle Jean-Pierre Vernant (8e étage)

Séminaire collectif de recherche de l’Iris à l’EHESS animé par : Véronique Bayer (sociologue), formatrice à l’ETSUP et doctorante à l’EHESS, Marc Bessin (sociologue), chargé de recherche au CNRS, Isabelle Bourgeois (sociologue), Icone Médiation Santé, Pascale Haag (psychologue), maître de conférences à l’EHESS, Anne Marchand (sociologue et historienne), chargée d’études GISCOP93 et doctorante à l’Université d’Evry Val d’Essonne, Zoé Rollin (sociologue), enseignante à l’IUT de Bobigny et doctorante à l’EHESS.

Temporalités et régimes d’historicités en histoire des sciences et des techniques

Quel usage peut faire l’historien des sciences de la notion de « régime d’historicité » et comment peut-il tenir compte, dans son approche, du jeu d’aller-retour temporel créé par son étude portant sur des objets des sciences et des techniques ? Comment, en se plaçant au plus près des acteurs et de leurs actions, développer une analyse sur la dimension temporelle des phénomènes étudiés ? Comment intégrer la multiplicité des temps et temporalités dans lesquels ils s’inscrivent et en tenir compte pour réfléchir à leurs contributions aux sciences et techniques, même (et peut-être surtout) si certaines de ces contributions peuvent sembler intemporelles ?…
C’est à des réflexions à la fois méthodologiques et historiographiques qu’invite cette journée d’études qui regroupera des interventions de jeunes chercheurs du Centre Koyré et de chercheurs plus confirmés en histoire des sciences et des techniques.

Journée dʼétudes des jeunes chercheurs du Centre Alexandre Koyré – 17 octobre 2014
Bibliographie, programme, résumés des interventions et informations pratiques sur le site de la journée : http://jecak.sciencesconf.org/

Demi-journée scientifique le 16 septembre 2014 et Assemblée Générale ADRT

couvJMR

extrait de la couverture de l’anthologie dirigée par Jean-Marc Ramos à paraître chez Octarès fin 2014 (Temporalités, la collection, n°2).

La revue Temporalités organise une demi-journée scientifique le 16 septembre 2014 qui sera suivie, l’après midi, de l’assemblée générale de l’Association pour le Développement de la Revue Temproalités (ADRT), structure éditrice de la revue.

L’événement se déroulera au laboratoire Printemps.

9 h 45 – Accueil
10 heures
– Claude Dubar : Le passage difficile d’une pensée sur le temps à une parole sur les temporalités
– Jean-Marc Ramos : Origine et perspective de la pensée du temps : esquisse d’une anthologie
– Marc Bessin : Une sociologie des « présences sociales » : enjeux phénoménologiques de temporalisation et de sexuation du care.

13 heures – déjeuner

14 h 30-16 h 30
– Jens Thoemmes : Les 10 ans de la revue Temporalités sous la direction de Claude Dubar
– Rapport moral et financier
– Candidatures à la direction de la revue, au comité de rédaction, et au conseil scientifique
– Discussion sur les perspectives

Les personnes intéressées sont invitées à prendre contact avec la revue : temporalites[arobase]revues.org

À propos d’un colloque récent « Explorer le temps au Liban et au Proche-Orient » — Beyrouth, novembre 2013

Beyrouth, Ifpo-Université de Balamand, 19- 21 novembre 2013

Beyrouth, Ifpo-Université de Balamand, 19- 21 novembre 2013

La revue Temporalités a publié il y a un peu plus d’un an un numéro intitulé « Fragments temporels du monde arabe », qui tentait un décentrage de la réflexion en explorant quelques aspects du rapport au temps dans le contexte des sociétés arabes. Le colloque récemment organisé par Sylvia Chiffoleau fin novembre 2013 au Liban, en collaboration avec une collègue libanaise, Souad Slim, poursuit cette exploration.

Ce colloque a été l’occasion de poser de nouveaux jalons pour la recherche au Liban, mais il me semble présenter un intérêt beaucoup plus large, pour les nombreuses thématiques explorées, qui mériteraient d’attirer l’attention des historiens autant que des sociologues et d’un large spectre de disciplines des sciences humaines. Il est vrai que les sociétés du Proche-Orient sont sans doute particulièrement propices à ce genre de recherche, du fait de leur caractère de creuset et de carrefour pour les civilisations méditerranéennes, entre mer et steppe, plaines et montagnes, sociétés nomades, paysannes et citadines. L’argumentaire du colloque affirme ainsi :

« Les différentes façons de compter et de concevoir le temps constituent des marqueurs culturels et sociaux fondamentaux. Le temps doit être considéré non comme un invariant, mais comme un phénomène historiquement et socialement construit. Il existe donc une pluralité de temps et de perceptions du temps, puisque chaque société a une trajectoire historique propre et construit ses normes, ses mesures et sa propre conception de la maîtrise du temps. Mais si l’histoire du temps en Europe et en Occident est désormais bien connue, elle reste à faire pour la région du Moyen-Orient. En raison de la profondeur de son histoire, de sa diversité religieuse, de la multiplicité des temps religieux et liturgiques qui lui sont liés, du caractère précoce de son processus de modernisation et enfin de ses talents d’interculturalité, le Liban apparaît comme un terrain particulièrement fertile pour interroger les spécificités temporelles de la région, leurs évolutions sur le long terme, et son adaptation aux changements actuels. »

Certes, le caractère exploratoire de la rencontre lui a donné la forme d’un pot-pourri de thématiques et de communications souvent faiblement reliées entre elles : de la question des systèmes de datation dans les manuscrits retrouvés dans les monastères, aux rythmes urbains, au temps de la guerre ou des… embouteillages, en passant par le traitement du temps dans la littérature ou les rituels religieux (voir ci-dessous les titres des 7 sessions du colloque). Mais c’est justement là qu’a résidé, il me semble, la richesse de ces travaux. Je voudrais donc évoquer ici quelques exemples de pistes que j’ai trouvées particulièrement fécondes et stimulantes.

Le colloque a démarré par un double dépaysement dans le temps, avec une séance sur la question des calendriers et de la datation. Nous avons ainsi découvert l’intrication de l’utilisation de calendriers concurrents dans les manuscrits chrétiens, orthodoxes et maronites, retrouvés dans les monastères libanais. Non seulement on y trouve des références au calendrier musulman, ce qui signale sans surprise la dépendance à l’égard de l’administration musulmane ottomane, mais le calendrier chrétien n’est pas toujours clairement défini (julien ou « oriental », ou grégorien ou « occidental » depuis la réforme de Grégoire XIII au XVIe siècle), et surtout, est parfois utilisé un calendrier « alexandrin » ou même « d’Adam », se référant à la création du monde. Derrière ces questions de calendriers, on repère en fait des affirmations identitaires, des concurrences entre églises et religions, mais aussi des enjeux plus pratiques de rythmes agraires, et même d’enjeux fiscaux ! Le numéro de la Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée (http://remmm.revues.org/) que prépare Sylvia Chiffoleau devrait comprendre un certain nombre de papiers qui reviendront sur ces questions. Mais en Europe aussi, nous avons connu il n’y a pas si longtemps une concurrence de calendriers, entre Europe orientale et occidentale, de mesure du temps, temps des paysans et temps de l’administration, l’introduction de l’heure d’hiver et de l’heure d’été étant un nouvel avatar d’une tentative de maîtriser notre rapport au temps et la relation entre phénomène naturel et organisation de la vie quotidienne.

Les temporalités du religieux renvoient aussi à une diversité de dimensions : celle du récit religieux lui-même d’abord, dans les textes, et dans les représentations populaires, celle des rituels, des cérémonies, des pèlerinages. Là encore, où en sommes-nous dans le monde occidental, où la pratique religieuse semble avoir diminué, mais a peut-être surtout changé de forme ? Les pèlerinages restent très présents dans les sociétés modernes, dans le christianisme autant que dans l’islam : que l’on pense à celui de Lourdes. Ils marquent un moment fort dans l’existence de l’individu qui le réalise, articule un temps et un espace, un rapport au passé et à l’avenir, par l’espoir qu’il exprime dans une guérison, ou simplement dans un avenir meilleur. À un autre niveau, l’interprétation des textes religieux a en permanence à faire avec le temps, temps chronologique de la révélation, temps eschatologique du début et de la fin du monde, temps intime et temps social. Un temps qui peut être au cœur d’un imaginaire politique : l’idée d’une dégradation du temps à partir d’un temps idéal, développée par le philosophe iranien Ali Shariati, et d’un nécessaire renversement intérieur débouchant sur un renversement extérieur, a profondément influencé les idéologues de la révolution islamique en Iran.

Certaines questions traitées dans ce colloque renvoyaient à une histoire particulière, celle des guerres locales et régionales, de leurs conséquences sur la vie quotidienne, de la construction de la mémoire de ces guerres. D’autres ne sont que des déclinaisons locales de questions qui se posent dans bien d’autres contextes.

Comment la guerre transforme-t-elle les rythmes du quotidien : dans les années 1980, à Beyrouth, la nuit, de temps des loisirs, des rencontres et la vie culturelle dans l’espace public, se transformait en son contraire et devenait un temps de violence, de criminalité et de repli sur l’espace privé de la maison, où l’on écoutait la radio et jouait aux cartes. L’expérience de la prison de Khiam durant l’occupation du sud Liban par Israël était, de même, celle d’un temps arrêté, suspendu, qui brusquement s’accéléra lors de la libération, une expérience partagée par les prisonniers, mais difficile à faire comprendre à ceux de l’extérieur : la transformation de la prison en musée et la confiscation de la mémoire par le Hezbollah aggravent le sentiment d’incommunicabilité de ceux qui n’appartiennent pas au parti. Ce cas est certes particulier, extrême, mais ne suggère-t-il pas de s’intéresser à l’expérience de la prison dans nos sociétés « pacifiés », où néanmoins la question de l’enfermement et de ses effets ne cesse de faire débat.

À l’opposé, le temps arrêté des embouteillages, les distances qui ne se comptent plus en kilomètres, mais en temps pour les parcourir, les conséquences sur le rythme de la vie quotidienne, sont une expérience partagée sous bien des cieux, même si les comportements que ces situations suscitent ne sont pas toujours les mêmes, et renvoient à un contexte plus large.

Dans un autre champ, les réflexions sur le rapport au temps des travailleurs étrangers, pour qui le temps de travail se confond largement avec le temps de l’émigration, sont certainement valables ailleurs qu’au Liban. Il était enfin tout à fait stimulant d’entendre les interrogations d’une sociologue libanaise sur les mutations de l’université, et les effets du développement de l’enseignement à distance, ou de l’introduction du LMD, sur l’organisation du temps de la formation, tantôt accéléré, tantôt fragmenté ou étalé.

La principale leçon à tirer de ce colloque me semble ainsi être l’intérêt évident d’un décentrage géographique et culturel, qui permet l’élargissement de la réflexion à des questions peu abordées, à de nouvelles disciplines (l’apport de la littérature apparaît aussi passionnant) mais aussi une mise en perspective et une réflexion comparative, sur des questions apparemment identiques, déclinées dans des contextes différents. La publication des actes est prévue, et sera précieuse pour susciter de nouveaux prolongements à ces travaux.

Elisabeth Longuenesse
Laboratoire Printemps
UVSQ

Programme du colloque
(Voir le détail sur : http://www.ifporient.org/node/1376)
Explorer le temps au Liban et au Proche-Orient
Ifpo-Beyrouth et Université de Balamand, Liban, 19 au 21 novembre 2013

1re session : Les systèmes de datation
2e session : Les objets de la mesure du temps
3e session : Le temps dans la production scripturaire religieuse
4e session : Le temps dans les pratiques et les rituels
5e session : Temps et littérature
6e session : Temps et rythmes de la ville
7e session : Temporalités sociales du quotidien

Parution : Les temporalités dans les sciences sociales (collection « Temporalités »)

vignette_Couv._Temporalités Qu’est-ce que les sciences sociales ont à dire du temps ? À cette question, ce livre donne une réponse détaillée. Tout d’abord les temps et les temporalités sont au coeur des interrogations des sciences sociales. La partition des temps sociaux entre temps professionnels, temps privés et temps pour soi continue à poser des problèmes dans la vie quotidienne. Depuis l’irruption du travail industriel, les sciences sociales s’accordent pour considérer que les temps ont bien changé sous la pression des formes d’organisation. Au-delà du travail, cette évolution est inséparable d’un processus qui fait du temps une marchandise à prix quantifiable avec l’invention du prêt à intérêt. Les dynamiques du capitalisme et le commerce sur longue distance transforment dès le Moyen Âge les marchands en entrepreneurs des temps. Il n’est pas facile de faire des temporalités des objets d’analyse. Toutes les sciences sociales ici rassemblées ont apporté leurs propres méthodes pour analyser les temps : analyse longitudinale, attitudes et biographies ne sont que des exemples d’un outillage particulièrement riche. Si, sur un versant positif, les sciences sociales s’accordent sur la nécessité de prendre en compte la multiplicité des temps, de l’autre côté, les dynamiques récentes mettent en valeur l’éclatement des temps jusqu’à leur individualisation. Ce livre cherche à présenter et confronter ces usages du temps singulier et des temporalités plurielles dans une dizaine de disciplines des sciences sociales : histoire, sociologie, économie, démographie, anthropologie, psychologie sociale, sociohistoire et sociolinguistique ainsi que par une interprétation du passage de la philosophie du temps aux sciences humaines et sociales des temporalités.

Liés directement ou non à l’équipe rédactionnelle de la revue Temporalités, les auteurs se sont efforcés de clarifier les usages, de repérer les textes-clés et de reconstituer l’imprégnation de leur discipline par les temporalités. Leurs contributions font de ce livre une référence incontournable pour justifier le recours à des analyses temporelles dans toutes les disciplines des sciences sociales.

Ce volume inaugure la collection « Temporalités : travail et sociétés » chez Octarès.

Les temporalités dans les sciences sociales
Claude Dubar et Jens Thoemmes (sous la direction de)
(ISBN 978-2-36630-010-9, avril 2013, 17 x 24 cm, 154 p.)

Sommaire

Introduction. Les sciences sociales face aux temporalités,
Claude Dubar et Jens Thoemmes

Temporalité, temporalités : philosophie et sciences sociales,
Claude Dubar

Du présent au passé : le temps des historiens,
Thomas Loué

Esquisse de l’historien en cartographe du passé,
Nicolas Hatzfeld

Sociologie et temporalités : une antinomie durkheimienne et son dépassement,
Michel Lallement

Les temporalités et la sociologie du travail,
Jens Thoemmes

Les démographes et le temps,
Olivia Samuel

Questions de temps en psychologie sociale,
Jean-Marc Ramos

L’analyse économique est-elle intemporelle ?
Antoine Parent

Les temporalités multiples de l’anthropologie conceptions culturelles et usages sociaux du temps,
Laurent Sébastien Fournier

Une traversée de la socio-histoire entre temporalités sociales et temporalités historiques,
Mélanie Roussel

Temporalité(s) et langage dans l’analyse d’entretiens biographiques,
Gabrielle Varro

Bibliographie,

Index des auteurs cités

Pour commander l’ouvrage

Appel à articles pour Temporalités n° 19

« Temporalités et action publique » (2014/1).
Coordonné par Jacques Commaille (ISP), Vincent Simoulin (CERTOP) et Jens Thoemmes (CERTOP)

Les liens entre temporalités et action publique peuvent être abordés sous deux angles bien différents. Le premier insistera sur le champ des sciences sociales que représente l’action publique. Ce champ qui est à la fois disciplinaire et pluridisciplinaire, est aujourd’hui largement constitué et internationalisé. Sous ce premier angle, le problème des temporalités est redevenu un élément central dans l’analyse des politiques publiques, des actions des citoyens et des gouvernants. Le deuxième angle considère l’action publique non pas comme un champ, mais comme un objet d’analyse qui permet d’étudier les temporalités, dont le statut peut même être parfois considéré comme secondaire au regard d’autres objets comme l’économie, le langage, le droit, la santé et l’espace. L’objectif de cet appel à contributions est de réunir ces deux perspectives en proposant une interrogation sur les temporalités qui s’intéresse à la fois aux spécialistes de l’action publique, mais aussi aux chercheurs en sciences sociales experts d’autres champs qui ont travaillé sur l’action publique. L’essentiel nous semble être la focale sur les temporalités et les temps de/pour l’action publique.

La question des temporalités constitue une « entrée » privilégiée pour analyser les transformations de l’action publique. Accordant en effet une large place aux études de décision, aux processus de mise sur agenda et aux modes de recomposition de l’Etat-nation qui caractérisent précisément le développement et les transformations de l’action publique, les chercheurs de ce domaine ne pouvaient que s’intéresser aux dimensions temporelles. Le modèle séquentiel de Charles O. Jones (1970), les études de mise sur l’agenda (Cobb-Elder, 1972), les analyses cognitives qui se centrent sur l’influence des idées (Heclo 1974 ; Hall 1993), les phénomènes de réception et les changements de paradigme (Jobert-Muller, 1987), interrogent tous l’articulation entre temporalités et action publique. À tel point que l’ouvrage récemment dirigé par Bruno Palier et Yves Surel (2010) place cette question au cœur de son interrogation et met bien en lumière le fait que les périodes de relative stabilité ou de changement marginal alternent avec des ruptures brusques, autrement dit que les analyses relevant plutôt de l’incrémentalisme de Lindblom (1959) et celles assimilables au passage d’un paradigme à l’autre (Heclo, Hall, Jobert-Muller) sont en fait complémentaires.

Pour autant, et c’est sans doute la première question que les réponses à cet appel à communications peuvent prétendre creuser, les raisons pour lesquelles les ruptures adviennent restent encore mystérieuses. Les modèles font valoir le hasard (Cohen, March, Olsen, 1972), l’ouverture ponctuelle de « fenêtres » dues à des changements politiques ou à des événements imprévisibles (Kingdon, 1984) ou le poids des effets d’accumulation, c’est-à-dire l’effet cumulé de changements faibles et presque imperceptibles. (Pierson, 2004 ; Simoulin, 2000 ; Streeck, Thelen, 2005). Une place importante demeure sans doute pour des analyses qui s’interrogeraient sur la part relative de ces différentes explications et sur leur poids réel. Une autre façon de poser cette question est de s’interroger sur l’articulation des temporalités, surtout s’agissant de la période actuelle. Si le propre de la nouvelle gestion publique est d’accélérer le rythme des évolutions et des réformes, au point que plus aucune pratique n’est réellement stable ou du moins ne peut avec certitude être tenue pour telle, il n’en reste pas moins que son avènement relève du temps long. Autrement dit, il repose sur des processus d’apprentissage, de légitimation, de conversion et de socialisation qui ont une portée temporelle fondamentalement différente des réformes elles-mêmes et de l’accélération à laquelle elles correspondent. Comment ces deux mouvements complémentaires s’articulent-ils en pratique ? Quels désajustements organisationnels et identitaires impliquent-ils et comment sont-ils résorbés ? Comment se manifeste notamment la confrontation entre le temps court proclamé des réformes et les cultures professionnelles des acteurs concernées inscrites dans un temps long ? On pourrait également se demander en quoi la légitimation de l’action publique par son aval (par les résultats) influe sur ses temporalités (Duran, 2010). De même, l’introduction du new public management dans le fonctionnement des institutions publiques rétroagit sur le rôle de ces dernières dans les processus d’action publique dans la mesure où elles sont plus imprégnées d’une temporalité du Privé relativisant d’autant la temporalité du Public (celle du temps long de l’État dans sa conception traditionnelle). Les temporalités de l’action publique dans les sociétés industrialisées ne seraient-elles pas de plus en plus calquées sur les temps des marchés financiers, des produits et de l’emploi (Thoemmes 2010 ; Thoemmes 2013) ?

Les questions ouvertes relèvent en second lieu de la méthode d’enquête et d’analyse. Certains des principaux acquis de la sociologie de l’action publique sont d’avoir montré la fragmentation de l’État, la variété des modes d’adoption et de mise en œuvre de l’action publique selon les secteurs et la nécessaire prise en compte de la territorialisation. D’où des tendances qui sont de développer la comparaison et en particulier la comparaison internationale. La relation temporalités/action publique est de fait sensible à la dimension nationale et en particulier culturelle. La prise en compte de la dimension internationale permet en outre d’introduire un autre élément relevant des Policy transfers. En quoi l’influence de modèles étrangers joue-t-elle dans la temporalité de processus d’action publique au niveau national ? (voir, par exemple : Elisa Chelle, 2012) Pour autant, comme l’ont montré les réflexions sur l’analyse longitudinale (Caplow, 1982 ; Burawoy, 2003 ; Simoulin, 2012), cet angle d’attaque par la comparaison rend difficile la saisie des mouvements de long terme d’une part, car il est presque hors de portée du point de vue matériel de suivre dans différents pays l’évolution d’une même politique sur une longue durée d’autre part car la transformation des contextes nationaux rend souvent presque incomparables au-delà d’une décennie des politiques initialement très proches tant elles s’insèrent dans des environnements profondément et différemment transformés.

Un troisième ensemble de questions correspond aux frontières et relations avec les autres disciplines que la sociologie de l’action publique. Si la mise au premier plan des temporalités oblige en quelque sorte nécessairement à s’interroger sur les apports de l’histoire sociale, de la sociohistoire ou de la sociologie historique, c’est aussi le droit, lieu de remise en ordre de l’action publique, que l’on doit interroger ici et, par conséquent, une sociologie politique du droit articulée avec une sociologie de l’action publique (Commaille, Duran, 2009 ; Commaille, Dumoulin, Robert, 2010). Le droit apparaît en effet comme un exceptionnel révélateur d’un changement de régime de l’action publique. Associé classiquement à l’idée d’un temps long, il est de plus en plus l’instrument d’un temps court de l’action. Par exemple, il est considéré que le passage de « l’Etat-juriste » à « l’Etat-manager » (Caillosse, 2009) se caractérise par la mise en place d’une nouvelle gouvernance avec « une ouverture explicite de l’action publique vers des marges nouvelles qui permettent de gouverner « au-delà du droit » ou à la périphérie du droit » (Mockle, 2007). La perspective selon laquelle les temporalités sont des instruments au service des gouvernements (Lascoumes et Galès 2004) peut être développée par la suite. Prenons l’exemple du droit. De référence au politique et à l’action publique, inspirateur d’un temps long (Ost et Van Hoecke, 1998), le droit devient instrument d’un politique inspiré par le marketing politique et, par conséquent, d’une action publique inscrite dans un temps court. De même, l’usage du droit comme ressource par les mouvements sociaux contribue à inscrire celui-ci dans de nouvelles temporalités. Ces nouvelles temporalités du droit participant de celle de l’action publique peuvent d’ailleurs s’observer dans la façon dont les professionnels du droit développent eux-mêmes leurs pratiques de façon nouvelle dans le cadre des processus d’action publique : les juges avec des pratiques déterminées par le new public management imposées à leur institution, les avocats par leur participation active dans le cadre des law firms ou des cabinets internationaux de consultants à la mise en œuvre du néolibéralisme dans une économie mondialisée ou par les pratiques de cause lawyering qu’ils mettent en œuvre au service des mouvements sociaux. Rien n’illustre mieux ce changement de statut des acteurs du droit comme acteurs de l’action publique et des nouvelles temporalités de celle-ci que les mutations que connaît actuellement la formation au droit (substitution des law schools¸ les « Écoles de droit », aux traditionnelles facultés de droit).

Le quatrième ensemble de questions vise à sortir du champ du droit, de la sociologie politique, de l’histoire et des sciences politiques que constitue l’action publique. Nous invitons ici les contributeur(e) s à proposer eux-mêmes des connexions entre temporalités et action publique résultant de leurs recherches. De multiples exemples peuvent montrer l’intérêt d’une telle réflexion. Les sciences de l’information nous rappellent que les temps de l’action publique sont aussi liés aux manières de communiquer, aux techniques, médias et aux cultures infranationales. L’économie nous montre les difficultés d’encadrer les temps des échanges financiers par l’action publique et par la surveillance des marchés financiers (i.e. le trading haute fréquence). Les sciences du langage et l’étude des corpus nous indiquent que les terminologies de l’action publique varient dans le temps. Les sociologues et les juristes du travail, de la santé, les psychologues et les ergonomes s’interrogent sur l’action publique et les temps de l’emploi. Les démographes questionnent les effets des politiques familiales par l’analyse longitudinale de l’évolution des populations. Cette liste non exhaustive des enjeux qui lient les temporalités à l’action publique montre tout l’intérêt de mobiliser ces deux termes pour un appel à contributions. Autour de l’action publique on pourrait aussi discuter des thèses récentes à propos de l’accélération des temps (Rosa 2012). Ici les différentes analyses pourraient compléter ou soumettre à la critique les points de vue qui s’expriment à propos des temporalités. En résumé, l’appel à contributions s’adresse à toutes les sciences sociales et à tous les chercheurs qui voudraient contribuer à une réflexion sur les liens entre temporalités et action publique.

Envoi des projets d’articles

Les auteurs devront envoyer leur proposition aux coordinateurs du numéro (jacques.commaille@isp.ens-cachan.fr, vincent.simoulin@univ-tlse2.fr, jens.thoemmes@univ-tlse2.fr) et envoyer une copie de leur projet d’article au secrétariat de rédaction : temporalites@revues.org

Ce projet, composé d’un titre et d’un résumé d’une page, ainsi que du nom, des coordonnées et de l’affiliation institutionnelle de l’auteur, doit être envoyé avant le 15 juillet 2013.

Calendrier

Réception des propositions (résumés de 6000 signes) : 15 juillet 2013
Réponse des coordinateurs : 15 septembre 2013
Réception des articles (50 000 signes maximum) : 1er décembre 2013
Retour des expertises des évaluateurs : 15 janvier 2014
Réception de la version révisée : 15 mars 2014
Mise en ligne : 15 juin 2014

Bibliographie

Michael Burawoy, « Revisits : An Outline of a Theory of Reflexive Ethnography », American Sociological Review, 2003, vol. 68, pp. 645-679.
Jacques Caillosse, « Quel droit la gouvernance publique fabrique-t-elle ?, Droit et Société, n° 71, 2009, p. 461-470.
Theodore Caplow, « La répétition des enquêtes, une méthode de recherche sociologique », L’Année sociologique, 1982, p. 9-22.
Elisa Chelle, Gouverner les pauvres. Politiques sociales et administration du mérite, Presses Universitaires de Rennes, 2012.
Michael Cohen, James March, Johan Olsen, « A Garbage Can Model of Organizational Choice », Administrative Science Quarterly. vol. 17, Mars 1972, p. 1-25.
Roger W. Cobb, Charles D. Elder, Participation in American Politics : the Dynamics of Agenda-Building, Baltimore, John Hopkins University, 1972.
Jacques Commaille, Patrice Duran, « Pour une sociologie politique du droit : présentation », L’Année sociologique, vol. 59/2009, n° 1, p. 11-28.
Jacques Commaille, Laurence Dumoulin, Cécile Robert, La juridicisation du politique, Paris, L’Extenso, 2010.
Patrice Duran, Penser l’action publique, LGDJ, coll. « Droit et Société. Classics », Paris, 2010, nouv. éd.
Peter A. Hall, « Policy Paradigm, Social Learning and the State », Comparative Politics, vol. 25, 1993, n° 3, pp. 275-296.
Hugh Heclo, Modern Social Politics in Britain and Sweden, New Haven, Yale University Press, 1974.
Bruno Jobert, Pierre Muller, L’Etat en action, Paris, PUF, 1987.
Charles O Jones, An Introduction to the Study of Public Policy, Belmont, Duxbury Press, 1970.
Pierre Lascoumes et Patrick Le Galès, éd. Gouverner par les instruments. Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 2004.
Charles E. Lindblom, « The Science of « muddling through », Public Administration Review, 1959, vol. 19, n° 3, pp. 298-312.
Daniel Mockle, La gouvernance, le droit et l’Etat. La question du droit dans la gouvernance publique, Bruylant, Bruxelles, 2007.
François Ost, Mark Van Hoecke (dir.), Temps et droit. Le droit a-t-il pour vocation de durer ?, Bruxelles, Bruylant, 1998.
Bruno Palier, Yves Surel, Quand les politiques changent : Temporalités et niveaux de l’action publique, Paris, L’Harmattan, 2010.
Paul Pierson, Politics in Time : History, Institutions, and Social Analysis, Oxford, Princeton University Press, 2004.
Hartmut Rosa, Aliénation et accélération : Vers une théorie critique de la modernité tardive, Paris, Éditions La Découverte, 2012.
Vincent Simoulin, « Émission, médiation, réception : les opérations constitutives d’une réforme par imprégnation », Revue française de science politique, volume 50, n° 2, avril 2000, p. 333-350.
Vincent Simoulin, Sociologie d’un grand équipement scientifique. Le premier synchrotron de troisième génération, Lyon, ENS éditions, 2012.
Wolfgang Streeck, Kathleen Thelen (éd.), Beyond Continuity. Institutional Change in Advanced Political Economies, Oxford, Oxford University Press, 2005.
Jens Thoemmes, La négociation du temps de travail : une comparaison France-Allemagne, Paris, LGDJ-Lextenso, 2010.
Jens Thoemmes, Organizations and working time standards : a comparison of negotiations in Europe, New York, Routledge, 2013.

 

Migrations et temporalités en Méditerranée XIXe-XXIe siècle (programme)

Le programme transversal MIMED (Lieux et territoires des migrations en Méditerranée, XIXe-XXIe siècle) de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme d’Aix-en-Provence organise aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône du 10 au 12 avril 2013 un colloque international et interdisciplinaire sur la question des temporalités dans les processus migratoires en Méditerranée du XIXe au XXIe siècle. Ce colloque est organisé en relation avec le projet de l’UMR Telemme soutenu par « Marseille Provence 2013 » : « l’empreinte des ressources ou le patrimoine oublié : Marseille / Provence, rivage des produits et des ouvriers du monde. »

Présentation

L’analyse des temporalités du fait migratoire a conduit à l’élaboration de typologies et de classifications basées sur une approche téléologique où le migrant passe du statut de primo-arrivant à celui d’« immigré » durablement installé. Au-delà de cette perspective qui met l’accent sur la succession des migrations, l’observation des trajectoires individuelles et collectives questionne des temporalités singulières et diversifiées : celles des projets, des voyages et des traversées, des installations, des nostalgies et des imaginaires, ou encore des mobilités pendulaires. L’approche transnationale nous conduit à renouveler l’analyse des temporalités des parcours migratoires, en passant du temps linéaire de l’intégration à celui réticulaire et circulaire des liens entre sociétés d’origine et d’accueil. La prise en compte des mouvements, mobilités et flux migratoires permet de réinterpréter les dynamiques temporelles socio-spatiales à travers notamment les notions de champ migratoire, d’espace transnational, de cosmopolitisme, de diaspora et de territoire circulatoire. Deux niveaux de réflexion sont ici privilégiés, celui des séquences temporelles qui structurent le phénomène migratoire à un niveau macro, et celui des rapports au temps entretenus par les migrants, à l’échelle de l’individu, de la famille, du groupe et de la société. Résolument transversale, la thématique invite tout particulière- ment au dialogue interdisciplinaire, à l’heure où la globalisation du monde contemporain suggère l’accélération des rythmes de ses transformations et promeut la mobilité des individus.

Ce colloque international s’inscrit dans le programme transversal de recherches de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, « Lieux et territoires des migrations en Méditerranée, XIXe -XXIe siècle » (MIMED), coordonné par les UMR Telemme, Lames, Iremam, Idemec. Il est en relation avec le programme de l’UMR Telemme « Marseille- Provence, Rivages des produits et des ouvriers du monde », soutenu par Marseille Provence 2013 et les Archives départementales des Bouches-du-Rhône.

Partenaires de la manifestation : Aix Marseille Université, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, CNRS, UMR Telemme, UMR Lames, UMR Iremam, UMR Idemec, UMR Lest, UMIFRE CEMCA, Association Ancrages, Conseil Régional Provence Alpes Côte d’Azur, Conseil Général des Bouches du Rhône, Ville de Marseille, Marseille Provence 2013, Archives départementales des Bouches du Rhône.

Équipe de coordination

Lisa Anteby-Yemini (CNRS, UMR Idemec), Virginie Baby-Collin (AMU, UMR Telemme), Yvan Gastaut (Univ. Nice, UMR Urmis), Béatrice Mesini (CNRS, UMR Telemme), Sylvie Mazzella (CNRS, UMR Lames), Stéphane Mourlane (AMU, UMR Telemme), Cédric Parizot (CNRS, UMR Iremam), Céline Regnard (AMU, UMR Telemme), Pierre Sintès (AMU, UMR Telemme).

Comité scientifique

William Berthomière (Univ. Poitiers, UMR Migrinter), Hassan Boubakri (Univ. Sousse), Geneviève Cortes (Univ. Montpellier III, UMR Art-Dev), Mustapha El Miri (AMU, UMR Lest), Piero Galloro (Univ. de Lorraine, EA 2L2S), Anne-Marie Granet- Abisset (Univ. Grenoble, UMR Larhra), Nicola Mai (London Metropolitan Univ., Iset & Imera), Mihaela Nedelcu (Univ.

Neuchâtel), Laura Oso Casas (Univ. Da Coruña), Swanie Potot (CNRS, UMR Urmis), Andrea Rea (Univ. Libre de Bruxelles), Matteo Sanfilippo (Univ. degli Studi della Tuscia), Dina Vaïou (Univ. polytechnique nationale d’Athènes), Roger Waldinger (Univ. of California – Los Angeles), Catherine De Wenden (Sciences Po Paris, UMR Ceri).

Organisation administrative et logistique

Assaf Dahdah (AMU, UMR Telemme), Jérôme Gallician (Archives départementales des Bouches-du-Rhône), Zuhal Karagöz (AMU, UMR Lames), Stéphane Kronenberger (AMU, Marseille Provence 2013), Sylvie Laurens Aubry (MMSH), Laurence Pillant (AMU, UMR Telemme), Dominique Seigné (MMSH), Christiane Torres (MMSH).

Programme

Entrée libre et gratuite.

Mercredi 10 avril 2013

[9h – 10h] Accueil et ouverture (auditorium)

Allocutions d’ouverture

  • Jacqueline URSCH, Directrice des Archives départementales des Bouches-du-Rhône
  • Bernard MOREL, Vice-président du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, délégué à la recherche et l’enseignement supérieur (sous réserve)
  • Jean VIVIÈS, Vice-président des relations internationales, Aix-Marseille Université (AMU) (sous réserve)
  • Brigitte MARIN, Directrice de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), AMU.
  • Catherine GINER, Conseillère municipale déléguée aux universités, à la Recherche et à la formation professionnelle, Ville de Marseille

Présentation scientifique

  • Virginie BABY-COLLINStéphane MOURLANE (AMU, UMR Telemme)

Pause café

[10h30 – 12h30] Conférences inaugurales (auditorium) Migrations et temporalités au regard des sciences sociales

  • Roger WALDINGER (UCLA) – Les états d’émigration et les émigrants : une perspective historique
  • Piero GALLORO (Univ. de Lorraine, EA 2L2S) – L’historien, le sociologue et le migrant : les configurations temporelles comme objet-frontière

Discussion Virginie BABY-COLLIN (AMU, UMR Telemme)

Déjeuner (buffet sur place)

[14h – 16h] Atelier Séquences temporelles (auditorium)

Présidence : Céline REGNARD (AMU, UMR Telemme)

Discussion : Matteo SANFILIPPO (Univ. degli Studi della Tuscia)

  • Anna-Laura TURIANO (AMU, UMR Iremam) – L’émigration des Italiens en Égypte (1930- 1960)
  • Stephanie TRAINA (Univ. Segalen, UMR Ades) – D’une île à l’autre. Transformation de la migration dans une région frontalière de Croatie : XIXe-XXe siècles
  • Lisa ANTEBY-YEMINI (CNRS, UMR Idemec) – Migrations juives, migrations de travail, migrations d’asile : l’évolution des figures du migrant en Israël
  • Liza TERRAZZONI (Univ. Paris Ouest, UMR Cadis-Ehess) – L’exemple d’une migration Nord-Sud : les Français à Essaouira, temporalités, profils et projets

Pause café

[16h30 – 19h] Atelier Circulations (auditorium)

Présidence : Béatrice MESINI (CNRS, UMR Telemme)

Discussion : Swanie POTOT (CNRS, UMR Urmis)

  • Hugo VERMEREN (Univ. Paris Ouest, UMR Idhe) – Faire du nomade un sédentaire. D’une migration circulaire à une immigration de peuplement. Le cas des corailleurs italiens à Bône, 1830-1889
  • Frédéric DECOSSE (Ehess, UMR Iris) – Wanted but not welcome. Les programmes de migration temporaire à l’épreuve du temps
  • Delphine PAGES EL KAROUI (Inalco) – Imaginaires migratoires égyptiens : discours et temporalités du transnational
  • Laura ODASSO (Univ. Strasbourg) – Expériences vécues et mémoires des familles mixtes : tisser la trame entre les histoires
  • Michel PERALDI (Ehess, UMR Cadis) – Le Maroc, laboratoire des nouvelles migrations

[16h30 – 19h] Atelier Temps des voyages (mezzanine)

Présidence : Dionigi ALBERA (CNRS, UMR Idemec)

Discussion : Karima DIRECHE (CNRS, UMR Telemme), Mustapha EL MIRI (AMU, UMR Lest)

  • Stéphane KRONENBERGER (Univ. Nice, EA Cmmc) – Arriver, séjourner ou partir des camps d’internement du Sud-Est de la France durant la Grande Guerre : une triple temporalité aux rythmes différenciés
  • Fatima-Nabila MOUSSAOUI (Univ. Oran) – La circulation migratoire : nouvelle identité transnationale. Harraga, une identité en soi
  • Farida SOUIAH (Ceri-Sciences-po Paris) – El-harga en Algérie : de multiples tentatives, de nombreux échecs
  • Sophie LHENRY (Univ. Paris Diderot, EA Csprp-Cedref) – De militantes à exilées politiques- : analyse d’un processus
  • Azita BATHAÏE (Univ. Paris Ouest, UMR Lesc) – Mohâjer (migrant) et mosâfer (voyageur) : Temporalités des circulants et des non-circulants afghans en Europe

19 h : Cocktail dînatoire (sur place)

Jeudi 11 avril 2013

[9h-10h] Conférence plénière (auditorium)

  • Hassan BOUBAKRI (Univ. Sousse) – Contexte régional et temporalités de la migration en Tunisie

Discussion : Sylvie MAZZELLA (CNRS, UMR Lames)

Pause café

[10h30 – 12h30] Atelier Temps institué et instituant (auditorium)

Présidence : Cédric PARIZOT (CNRS, UMR Iremam)

Discussion : Andrea REA (Univ. Libre de Bruxelles)

  • Philippe BOURMAUD (Univ. Jean Moulin Lyon III, UMR Larhra) – L’intégration toujours recommencée : une famille d’origine levantine face à l’ordre temporel de l’administration française 1860-1945
  • Laurence PILLANT (AMU, UMR Telemme) – Du screening des migrants au turn-over des agents du contrôle migratoire : les temporalités du contrôle à la frontière gréco-turque
  • Bayindir GOULARAS GÖKÇEEbnem ECE EGELI, (Univ. Yeditepe – Istanbul) – La Turquie, zone de transit pour les réfugiés du Moyen-Orient vers l’Europe
  • Béatrice MESINI (CNRS, UMR Telemme) – Migrations transnationales et mobilités temporaires dans l’agriculture européenne : multiplicité des temps sociaux, duplicité des temps politiques

[10h30 – 12h30] Atelier Temps immédiat (mezzanine)

Présidence : Maryline CRIVELLO (AMU, UMR Telemme)

Discussion : Mihaela NEDELCU (Univ. Neuchâtel)

  • Assaf DAHDAH (AMU, UMR Telemme) – À contretemps dans les « contre-espaces ». Les migrants-citadins dans les marges de Beyrouth
  • Marème NIANG (Univ. Montpellier III, UMR Art-Dev) – Le commerce ambulant : une « manière de faire » avec la distance chez les Sénégalais à Barcelone
  • Sabrina MARCHANDISE (Univ. Montpellier III, UMR Art-Dev) – Lecture des temporalités de la mobilité étudiante marocaine internationale à partir des réseaux sociaux. Que traduisent les réseaux Facebook des temps de la mobilité ?
  • Makrem MANDHOUJ (Univ. Tunis) – Jeunes et migration internationale dans le Sahel tunisien : champs migratoires et charges symboliques autour des graffitis et la pratique des NTIC

Déjeuner (buffet sur place)

[13h30 – 14h30] Conférence plénière (auditorium)

  • Laura OSO CASAS (Univ. da Coruña) – Genre, migration et trajectoires transnationales de mobilité sociale

Discussion : Constance DE GOURCY (AMU, UMR Lames)

Pause café

[15h – 17h] Atelier Temps du retour (1/2) (mezzanine)

Présidence : Marc BERNARDOT (Univ. du Havre, UMR Idees)

Discussion : Geneviève CORTES (Univ. Montpellier III, UMR Art-Dev)

  • Francesca SIRNA (AMU, UMR Lames) – Le retour : l’accomplissement du projet ? Les Piémontais et les Siciliens en Provence depuis 1946
  • Sophie BLANCHARD (Univ. Paris-Est) – Le temps du retour : projets de retour et stratégies migratoires des familles boliviennes dans l’agglomération de Barcelone
  • Christine ESCALLIER (Univ. da Madeira, UMR Cria) – Migrations halieutiques et identités chez les pêcheurs de Nazaré. La mémoire migratoire d’une communauté portugaise

[15h – 18h] Atelier Temps retrouvé (auditorium)

Présidence : Stéphane MOURLANE (AMU, UMR Telemme)

Discussion : Anne-Marie GRANET-ABISSET (Univ. Grenoble, UMR Larhra)

  • Michel CALAPODIS (Univ. Montpellier III) – Migrations et dépassement des oppositions spatio-temporelles : l’exemple de la communauté grecque à Marseille au XIXe siècle
  • Rania HANAFI (Univ. Bordeaux II) – D’une temporalité à l’autre : le temps recomposé des trajectoires migratoires
  • Cyril ISNART (Univ. Evora, Cidehus) – Le passé catholique de Rhodes. Mobilités, mémoire religieuse et pratiques patrimoniales dans le Dodécanèse contemporain
  • Zeynep AKTUREEla ÇIL (Institute of Technology, Izmir) – Exploring the Sense of Place for Immigrants Resettled in Abandoned Greek Villages in Western Anatolia after 1920s
  • Iris SERI-HERSCH (Swiss National Science Foundation, UMR Iremam) –Migrations, mémoire sociale et temporalités à Jisr al-Zarqa : enquête sur l’histoire d’un village palestinien israélien assiégé
  • Boris ADJEMIAN (Ehess, UMR Iris) – Foyers de l’émigration et mémoires du temps de l’immigration arménienne en Éthiopie

Soirée libre

Vendredi 12 avril 2013

[9h -11h] Atelier Générations (auditorium)

Présidence : Marc BORDIGONI (CNRS, UMR Idemec)

Discussion : Leyla DAKHLI (CNRS, UMR Iremam)

  • Muriel COHEN (Univ. Paris I, UMR CHS) – L’impact des politiques migratoires sur les générations de l’immigration familiale algérienne (1945-1985)
  • Sofia LAIZ (Univ. da Coruña) – Time, space and inter-generational rearrangements towards migration: tensions and re-adaptation of family social mobility projects in a crisis context
  • Hadrien DUBUCS (Univ. Paris IV, UMR ENeC), Thomas PFIRSCH (Univ. de Valenciennes, UMR Géographie-cités), Camille SCHMOLL (Univ. Paris Diderot, Géographie-cités) – Pour une approche intergénérationnelle de l’émigration ? Réflexions à partir du cas des migrants italiens très qualifiés à Paris
  • Alessandro BERGAMASCHI (Univ. Nice, UMR Urmis) – Facteurs temporels et socioculturels dans le façonnage des représentations de l’immigré

[9h -11h] Atelier Temps du retour (2/2) (mezzanine)

Présidence : Pierre SINTES (AMU, UMR Telemme)

Discussion : Nicola MAI (London Metropolitan Univ., Iset & Imera)

  • Irène DOS SANTOS (New Univ. of Lisbon, CRIA) – Une migration sans fin ? Appropriation du projet migratoire de « retour » au Portugal et (re)construction de liens transnationaux au fil des âges de la vie
  • Kalie KERPACI (State Univ. Aleksandër Moisiu Durrës), Kuka MARTIN (Catholic Univ. of Leuven) – Living experiences of Albanian return migrants in Greece and upon their return to Albania
  • Marie CAQUEL (Univ. Lorraine, Univ. Ibn Zohr d’Agadir), Hicham JAMID (Univ. Ibn Zohr d’Agadir) – La Caravane des mineurs marocains du Nord-Pas-de-Calais : du projet mémoriel au pèlerinage identitaire

Pause café

[11h30 – 13h] Table ronde plénière – conclusions (auditorium)

Modératrice : Catherine WIHTOL DE WENDEN (Sciences Po Paris, UMR Ceri)

  • Yvan GASTAUT (Univ. Nice, UMR Urmis)
  • Swanie POTOT (CNRS, UMR Urmis)
  • Nicola MAI (London Metropolitan Univ. , Iset & Imera)

Débat en présence des organisateurs et des présidents de sessions d’ateliers

Déjeuner (buffet sur place)

[14h30 – 17h] Balade patrimoniale Marseille, terre d’accueil ?

L’association ANCRAGES propose de revisiter l’histoire de l’immigration à Marseille, par une promenade le long de la façade maritime qui conduit du quai d’Arenc jusqu’au fort Saint-Jean. Au départ des Archives (sur inscription le premier jour du colloque).

Source : Migrations et temporalités en Méditerranée XIXe-XXIe siècle, Colloque , Calenda, Publié le mercredi 27 mars 2013, http://calenda.org/242821

programme détaillé (pdf)

Le rapport au temps dans l’économie des services

Mardi 26 février, de 14 h 30 à 17 heures
Hôtel de ville de Pantin – Salon d’honneur
45 avenue du général Leclerc
RER E station Pantin, Métro ligne 5, station Hoche

Entrée libre et gratuite sur inscription auprès de Mireille TERNY :
mireille.terny@agglo-poitiers.fr
Tél. : 05 49 52 36 14.

Le rapport au temps dans l’économie des services n’est plus celui du modèle industriel. Basé sur la co­production du service, il nécessite synchronisation entre celui qui « produit » et le « bénéficiaire ». D’où une nécessité accrue de prendre en compte les contraintes, attentes, usages de ces derniers. Au delà, les déterminants de la performance de l’offre et de la qualité du service impliquent de multiples temps de régulation, formation, communication nécessitant de redéfinir la composition organique du temps de travail.

Programme de l’après-midi :

14 h 30 accueil, introduction par Bertrand KERN (maire de Pantin), Dominique ROYOUX (président de Tempo Territorial) et Patrice VUIDEL (Maire adjoint au développement économique, au commerce et au tourisme de Pantin)

14 h 50 Le rapport au Temps dans le modèle serviciel par Christian DU TERTRE (Directeur Scientifique d’ATEMIS)

15 h 40 Illustration à travers 2 exemples : L’enjeu d’une nouvelle régulation des temps de travail dans un établissement public d’aménagement Urbain par Laurent QUILFEN (responsable du développement des compétences, direction des ressources humaines de l’AFTRP) ; et l’adaptation de l’offre aux attentes/besoins des usagers, les incidences de l’organisation du service et du travail des agents par Véronique BERTHAULT (Service prospective RATP).

17 h 00 Fin des échanges.